France-Les modalités de baisse d'impôts pas tranchées-Sapin

jeudi 1 septembre 2016 09h33
 

PARIS, 1er septembre (Reuters) - Le gouvernement n'a toujours pas tranché sur la forme que prendra la baisse des impôts envisagée pour les particuliers l'année prochaine, a déclaré jeudi le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin.

Interrogé sur BFM TV, il a confirmé le principe de cette baisse, tout en soulignant qu'elle devait être "compatible" avec la nécessité de continuer à diminuer le déficit public, "avec les marges dont on peut disposer (...) (qui) ne sont pas énormes".

L'objectif est toujours de le ramener à 3,3% du produit intérieur brut cette année puis 2,7% l'an prochain comme promis à l'Union européenne, sur la base d'une croissance de l'économie de 1,5% en 2016 comme en 2017, des niveaux confirmés la semaine passée par le Premier ministre Manuel Valls.

S'agissant des mesures pour les particuliers, les principales hypothèses évoquées sont une nouvelle baisse de l'impôt sur le revenu, une hausse de la prime d'activité ou un geste sur la CSG pour les retraités les plus modestes.

Chacune de ces pistes est "intelligente", a dit le ministre, "nous sommes en train d'y travailler avec le Premier ministre et le président de la République."

S'agissant de la poursuite de la baisse des prélèvements sur les entreprises, des arbitrages sont encore en cours mais l'objectif est toujours de ramener à terme le taux d'impôt sur les sociétés à 28%, contre 33% actuellement.

"Nous allons le faire progressivement. Dès 2017, il y aura une partie des entreprises, les PME en particulier, qui seront bénéficiaires de ces 28% (...) pour 2017 la cible, c'est qu'il y ait au moins 600.000 entreprises en France qui voient leur taux d'impôt baisser." (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)