Dalenys renonce à son projet de JV dans les télécoms

mardi 30 août 2016 09h43
 

30 août (Reuters) - Dalenys, fournisseur français de solutions de paiements et de marketing coté à Euronext Bruxelles, a renoncé à fusionner sa division de télécoms avec un autre groupe, a déclaré à Reuters son directeur général Thibaut Faurès Fustel de Coulanges.

Dalenys, qui se recentre sur son pôle de technologies financières (fintech), avait annoncé en mars son intention de scinder son activité de télécoms au sein d'une coentreprise dont il resterait l'actionnaire majoritaire.

Thibaut Faurès Fustel de Coulanges, joint par téléphone, a fait état de désaccords sur la valorisation des actifs télécoms et de divergences avec ses interlocuteurs, sans être plus précis. "Il a été difficile de mettre tout le monde d'accord", a-t-il dit.

Le titre chute de 14% à 7,70 euros en début de séance à la Bourse de Bruxelles, sa plus forte baisse depuis huit ans et demi, en queue de peloton de l'indice tech belge.

Dalenys, propriétaire de la plate-forme de paiement Be2bill, a vu son chiffre d'affaires progresser de 49% au premier semestre, avec une croissance de 81% pour la division Payment, mais sa perte opérationnelle s'est creusée à 4,3 millions d'euros en conséquence d'une hausse de ses dépenses.

Le groupe a confirmé viser des flux de cinq milliards d'euros pour son activité de paiement à l'horizon 2018, à comparer à un "run rate" - les transactions traitées - de 1,9 milliard d'euros au 31 juillet dernier. (Alan Charlish à Gdynia, Véronique Tison pour le service français)