France-Gattaz attend pour 2017 des "engagements forts" sur l'emploi

lundi 29 août 2016 19h50
 

* Il regrette que le "pacte de responsabilité" ait été tronqué

* Il salue les propositions "pragmatiques" de la droite

* Il juge possible de ramener le chômage à 6%

* Il craint "une mesurette" sur l'IS

PARIS, 29 août (Reuters) - Le président du Medef regrette que François Hollande ne soit pas allé "au bout du pacte" de responsabilité, qui selon lui commence "à payer", et dit attendre des prétendants à l'Elysée des "engagements forts" pour ramener le chômage en France à 6%.

Dans un entretien à paraître mardi dans Les Echos, Pierre Gattaz salue les propositions des candidats à la primaire d'investiture de la droite, qui "convergent vers un certain pragmatisme et font tomber une série de tabous, comme avec la suppression de l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune)".

L'organisation patronale tient à partir de mardi sa 18e université d'été à Jouy-en-Josas (Yvelines). A huit mois de l'élection présidentielle, de nombreux responsables politiques sont attendus jusqu'à mercredi sur le campus d'HEC, notamment à droite avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire.

"Les candidats à la présidentielle devraient avoir un objectif et un seul: retrouver une croissance forte et le plein-emploi. Quand je dis forte, c'est une croissance durablement au-delà des 2%, idéalement à 3%, et un taux de chômage ramené à 6%", déclare Pierre Gattaz dans le quotidien économique.

"Pour passer de 10% à 6% de chômeurs, ce sont 2 millions d'emplois qu'il faut créer. C'est possible, en alignant le niveau des charges de nos entreprises sur celui de l'Allemagne, en déverrouillant le marché du travail, en passant à une fiscalité lisible et motivante...", souligne-t-il.   Suite...