Tsipras: L'UE marche en somnambule vers la falaise

samedi 27 août 2016 19h50
 

ATHENES, 27 août (Reuters) - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, estime qu'en s'accrochant à ses règles d'austérité budgétaire, l'Union européenne se comporte comme un "somnambule marchant vers une falaise".

Dans une interview à paraître dimanche dans le journal Realnews, il dit aussi espérer un accord d'allègement de la dette grecque interviendra d'ici la fin de l'année de sorte que l'économie de son pays puisse redémarrer.

"La Grèce, dit Tsipras, a rempli sa part de l'accord et attend la même chose de ses partenaires."

"Nous ne faisons pas que solliciter, nous réclamons et nous attendons des mesures spécifiques qui rendront la dette soutenable dans le cadre de l'accord que nous appliquons", poursuit Tsipras.

Avec un allègement de la dette, explique-t-il, l'Etat grec pourra réduire ses objectifs d'excédents budgétaires primaires, c'est-à-dire avant paiement des intérêts, et favoriser ainsi une reprise de l'économie par le biais notamment d'une réduction de la fiscalité.

Pour l'heure, dans le cadre du plan de renflouement négocié l'été dernier avec ses partenaires, Athènes s'est engagé à dégager un excédent primaire de 3,5% du PIB grec d'ici 2018, un objectif que le FMI juge irréaliste.

En six ans, l'économie grecque a perdu un quart de sa valeur et le chômage frappe 23,5% de sa population active.

Tsipras reproche également à l'Allemagne de se comporter en "banque d'épargne" de l'Europe avec des excédents budgétaires excessifs, des salaires gelés et une inflation basse.

"Si le dogme (du ministre allemand des Finances Wolfgang) Schäuble d'une Europe à plusieurs vitesses et de zones économiques au travail à bas coût n'est pas abandonné, l'Europe se retrouvera au bord de la dissolution", prévient le chef du gouvernement grec. (George Georgiopoulos; Henri-Pierre André pour le service français)