Wall Street ignore le PIB mais surveille Yellen

vendredi 26 août 2016 15h38
 

NEW YORK, 26 août (Reuters) - La légère révision à la baisse de la croissance de l'économie américaine au deuxième trimestre n'a pas ému la Bourse de New York, qui a ouvert vendredi sur un mode prudent à l'approche du discours très attendu que Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, doit prononcer dans le cadre du symposium de Jackson Hole.

L'indice Dow Jones gagne 37,53 points, soit 0,2%, à 18.485,94 dans les premiers échanges. Le Standard & Poor's 500 , plus large, progresse de 0,21% à 2.177,09 et le Nasdaq Composite prend 0,15% à 5.220,19.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis au deuxième trimestre a été revue légèrement à la baisse, à 1,1% en rythme annualisé contre 1,2% en première estimation, selon une deuxième estimation publiée vendredi par le département du Commerce.

Cette révision, qui augmente l'effet négatif de la diminution des stocks des entreprises - qui affecte la croissance depuis cinq trimestres d'affilée - et y ajoute des importations plus importantes qu'en première estimation, est conforme aux attentes des économistes et n'a pas fait bouger les futures sur les indices de Wall Street.

Tous les regards des investisseurs sont braqués sur Jackson Hole, dans le Wyoming, où Janet Yellen doit prendre la parole à 14h00 GMT à l'occasion du symposium économique annuel de la Fed de Kansas City, auquel participent des responsables de plusieurs grandes banques centrales du monde entier.

Jeudi, Esther George, la présidente de la Fed de Kansas City, et Robert Kaplan, qui dirige l'antenne de Dallas, ont ajouté leurs voix à celles déjà exprimées sur l'opportunité d'une hausse prochaine des taux, en jugeant que l'évolution actuelle de l'emploi et de l'inflation justifiait un resserrement progressif de la politique monétaire.

Les marchés n'en continuent pas moins de penser majoritairement qu'il n'y aura qu'une seule hausse de taux cette année, vraisemblablement en décembre.

Les "faucons", qui laissent entendre qu'une hausse en septembre reste possible ne sont pas vraiment entendus, comme en atteste le recul du dollar face à un panier de devises de référence (-0,17%).

Aux valeurs, Herbalife cède autour de 7% peu après l'ouverture suite à une information faisant état de l'intention de Carl Icahn, son principal actionnaire, de vendre sa participation dans le spécialiste des suppléments alimentaires.   Suite...