Londres n'a pas besoin de Hinkley Point-ONG

vendredi 26 août 2016 14h09
 

LONDRES, 26 août (Reuters) - La Grande-Bretagne n'a pas besoin du projet nucléaire controversé Hinkley Point C, défendu par EDF, pour satisfaire ses besoins en énergie, estime vendredi une organisation non gouvernementale britannique spécialisée dans les questions énergétiques et climatiques.

"Notre conclusion est que ce (projet) n'est pas essentiel", écrit Richard Black, directeur de l'Energy & Climate Intelligence Unit (ECIU), dans le rapport de l'ONG.

"En utilisant des technologies éprouvées, et rien de futuriste ni d'expérimental, la Grande-Bretagne peut atteindre tous ses objectifs et le faire à des coûts moindres", ajoute-t-il.

L'ECIU prône notamment le développement de l'énergie éolienne, associée aux centrales thermiques et à l'interconnexion de réseaux, et ne juge pas nécessaire de nouveaux projets nucléaires.

Déjà fragilisé par de multiples obstacles, l'avenir du projet de construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR sur le site de la centrale d'Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, évalué à 18 milliards de livres (21 milliards d'euros), est remis en doute après la décision, le mois dernier, de la Première ministre Theresa May de reporter la décision finale du gouvernement, apparemment liée aux inquiétudes suscitées par l'implication chinoise dans le montage financier.

(Kate Holton et Susanna Twidale; Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)