LEAD 1-France-Le climat des affaires toujours à la peine en août

jeudi 25 août 2016 11h54
 

* Atonie dans l'ensemble des secteurs
    * L'hôtellerie-restauration pâtit des attentats
    * Les perspectives de retournement restent incertaines

 (Actualisé avec commentaire d'économiste, précisions)
    PARIS, 25 août (Reuters) - Le climat des affaires est resté
quasiment stable ce mois-ci en France, retrouvant son niveau
d'avril après des évolutions contrastées au cours des trois
derniers mois.
    Selon les données publiées jeudi par l'Insee, l'indicateur
global du climat des affaires, calculé à partir des réponses des
chefs d'entreprise interrogés dans le cadre de cette enquête
mensuelle, s'inscrit en baisse d'un point, à 101, à peine
au-dessus de sa moyenne de long terme, qui s'établit à 100. 
    Cet indicateur était remonté en mai à des plus hauts depuis
l'été 2011, avant de rechuter en juin dans un contexte social
tendu, sur fond de contestation de la loi Travail, puis de se
redresser en juillet.  
    "L'économie française ne semble pas capable d'accélérer
au-delà des rythmes actuels constatés sur le PIB", ce qui "n'est
pas suffisant pour créer une dynamique auto-entretenue", estime
Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management,
dans une note publiée sur son blog.   
    Par secteurs, l'indicateur de l'industrie manufacturière
s'est inscrit à 101, perdant deux points par rapport à son
niveau de juillet, alors que les économistes interrogés par
Reuters l'attendaient stable.
    
    L'HÉBERGEMENT-RESTAURATION REPLONGE 
    Celui des services a stagné à 101 mais au sein de cette
catégorie, l'hébergement-restauration a chuté de huit points
pour retomber à son niveau de juin, à 92, bien en-dessous de sa
moyenne de long terme, qui s'élève à 100. 
    Les conséquences de l'attaque du 14 juillet à Nice pèsent
sur cette branche, déjà affaiblie par les répercussions des
attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. 
    L'opinion des chefs d'entreprises interrogés par l'Insee sur
leurs perspectives d'activité et de demande se dégrade nettement
en août.    
    L'indicateur du bâtiment, dont la marque de juillet a été
revue en baisse d'un point par rapport à sa première estimation,
à 95, est également resté stable en août. 
    Il se maintient à ce niveau depuis le mois d'avril, en-deçà
de sa moyenne de long terme de 100.      
    Celui du commerce de détail s'inscrit en recul d'un point, à
103. 
    "Il n'y a pas de secteur leader capable de pousser
l'ensemble de l'activité à la hausse", observe Philippe
Waechter.     
    L'indicateur de retournement pour l'ensemble de l'économie
reste dans la zone indiquant une conjoncture incertaine,
souligne l'Insee.
    Dans les services, le solde d'opinions relatif aux
perspectives générales, qui reflète le point de vue des chefs
d'entreprise sur l'ensemble de leur secteur, recule de deux
points et retrouve son niveau moyen de long terme après son
léger rebond de juillet. 
    La lecture de l'activité passée se redresse légèrement et
revient à son niveau de juin et les soldes concernant les
perspectives d'activité et de demande pour les prochains mois se
maintiennent près de leur niveau moyen, souligne l'Insee.     
    Dans l'industrie manufacturière, l'opinion des chefs
d'entreprise sur leur activité passée se dégrade (-6 points) et
leurs perspectives personnelles de production enregistrent un
nouveau recul sensible (-3 points, après -7 points en juillet)
pour s'inscrire à un plus bas depuis l'été 2014, sous la moyenne
de long terme.      
    Les carnets de commandes se dégarnissent au niveau global
malgré une stabilité pour les commandes étrangères et l'opinion
des industriels sur le sujet, bien qu'en recul, reste supérieure
à sa moyenne de longue période. 
    Le solde concernant les perspectives générales de production
de l'industrie régresse de deux points par rapport à juillet,
même s'il se maintient depuis février 2015 au-dessus de sa
moyenne de long terme.     
    Dans le bâtiment, les chefs d'entreprise sont nettement plus
nombreux à anticiper une baisse de leur activité à venir, tandis
que le solde sur l'activité passée est quasi stable. Mais malgré
une amélioration depuis mai dernier, ils jugent toujours leurs
carnets de commandes très peu garnis.
    
    Statistiques détaillées sur le site de l'Insee :
    Climat des affaires: bit.ly/2bHPeMI
    Industrie manufacturière: bit.ly/2bBKrZP
    Services: bit.ly/2bD8Zq6
    
 Les indicateurs français en temps réel                  
 Les indicateurs de la zone euro en temps réel           
 Le point sur la conjoncture française                   
 
 (Myriam Rivet, édité par Emmanuel Jarry)