France-Eté morose pour l'hôtellerie parisienne et méditerranéenne

mercredi 24 août 2016 20h46
 

PARIS, 24 août (Reuters) - Le taux d'occupation des hôtels pendant la période estivale a accusé une forte baisse à Paris et sur la Côte d'Azur par rapport aux chiffres de l'été 2015, selon des données de l'observatoire de la société de conseil MKG Group et de sa division de marketing OlaKala.

Sur la période courant du 1er juillet au 20 août, en évolution sur un an, le taux d'occupation a chuté de 12,2 points dans la capitale et le revenu par chambre disponible a plongé de 21,2% (-11,5% dans le reste de l'Ile-de-France).

L'hôtellerie parisienne, qui continue de souffrir des conséquences des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, a également été affectée par l'attaque du 14 juillet à Nice, du fait de "sa surexposition à la clientèle internationale et aux risques sécuritaires", est-il souligné dans le communiqué de MKG Group.

Cet attentat, "survenu au début de l'été, dans une période cruciale où la clientèle de loisir - sur le segment haut de gamme en particulier - est le principal moteur de l'activité, cet événement terrible a de toute évidence tiré vers le bas les performances hôtelières" de la Côte d'Azur, peut-on également lire dans ce document.

Dans les hôtels des communes du littoral de cette zone, le taux d'occupation s'inscrit en recul de 5,7 points, avec un revenu par chambre disponible en baisse de 15,2% sur un an.

Pour autant, souligne MKG Group, ces chiffres sont à relativiser puisqu'ils souffrent d'une comparaison très défavorable avec "une saison estivale éblouissante en 2015 (+22,3% de RevPAR entre le 1er juillet et le 24 août)". Le recul de cet été a donc simplement fait revenir les hôtels azuréens à des performances comparables à celles de l'été 2014.

Sur l'ensemble de la France, le repli s'avère moins marqué, avec un revenu par chambre disponible en recul de 9,4% par rapport à l'été 2015.

Les chutes observées en région parisienne et sur la Côte d'Azur - qui représentent à elles seules près de la moitié du chiffre d'affaires de l'hôtellerie française - ont en effet été partiellement compensés par des résultats positifs sur le reste du littoral, notamment sur la côte atlantique (+4,8% pour le revenu par chambre disponible), mais aussi en province hors littoral (+3%).

Pour Georges Panayotis, président-fondateur de MKG Group, "il faut avoir conscience que la France a basculé dans une nouvelle dimension" et est passée "d'événements conjoncturels dramatiques à un état d'insécurité structurel". (Myriam Rivet, édité par Matthieu Protard)