Tensions entre la Grèce et l'UE sur les statistiques économiques

mercredi 24 août 2016 15h06
 

par Alastair Macdonald et Renee Maltezou

BRUXELLES/ATHENES, 24 août (Reuters) - L'Union européenne a appelé mercredi la Grèce à faire taire ce qu'elle estime être de fausses accusations portées contre l'institut grec de la statistique, soupçonné d'avoir manipulé des indicateurs économiques pour renforcer la position des créanciers étrangers dans les négociations sur la dette.

Bruxelles ayant souligné que l'affaire risquait de fragiliser la mise en oeuvre du plan d'aide en cours, le gouvernement grec a vite répliqué, se disant "surpris" de voir Bruxelles l'appeler à prendre position dans un dossier judiciaire en cours.

Quelques jours après la réouverture par la Cour suprême grecque d'une enquête sur les soupçons de manipulation visant l'ex-directeur de l'institut grec de la statistique, Elstat, Andreas Georgiou, Marianne Thyssen, qui supervise l'institut européen de la statistique Eurostat, a estimé mercredi - tout en assurant qu'elle n'entendait pas s'immiscer dans les travaux des instances judiciaires nationales - qu'Andreas Georgiou n'avait rien à se reprocher.

Andreas Georgiou a démissionné l'année dernière après avoir dirigé l'Elstat pendant cinq ans, en pleine crise de la dette grecque. Il a toujours rejeté les accusations directes ou indirectes de responsables politiques - y compris du gouvernement actuel - selon lesquelles il aurait exagéré les problèmes d'endettement du pays pour favoriser les créanciers étrangers d'Athènes, dont le Fonds monétaire international (FMI), pour lequel il a travaillé dans le passé.

Marianne Thyssen a déclaré que le gouvernement grec devait "réagir publiquement afin de rejeter l'impression erronée que des données ont été manipulées au cours de la période 2010-2015 et de protéger Elstat et son personnel contre de telles allégations infondées".

ATHÈNES S'IRRITE DES DÉCLARATIONS DE LA COMMISSION

Rester sans réagir risquerait de compromettre la crédibilité déjà fragile de l'Etat grec vis-à-vis de ses créanciers internationaux, a-t-elle ajouté. Priée de préciser si cela pourrait compromettre de futurs versements d'aides financières, elle s'est refusée à spéculer sur le sujet mais elle a jugé "nécessaire de mettre les choses au clair et d'éviter de fausses interprétations, qui pourraient être très dangereuses".   Suite...