18 août 2016 / 15:07 / dans un an

Monte Paschi-Viola et Profumo visés par une enquête-source

FLORENCE, 18 août (Reuters) - L‘administrateur délégué de Monte dei Paschi di Siena, Fabrizio Viola, et l‘ex-président de la banque Alessandro Profumo sont nommément visés par une enquête sur des soupçons de fraude comptable et de manipulation de cours, a-t-on appris de source proche du dossier.

L‘enquête a été ouverte à la suite du dépôt l‘an dernier de plaintes de petits actionnaires de l‘établissement bancaire toscan et d‘associations de consommateurs. L‘annonce de la mise en cause directe de son numéro un et son ex-président pourrait perturber le projet d‘augmentation de capital de cinq milliards d‘euros auquel travaille Monte Paschi pour renforcer ses fonds propres.

Un porte-parole du groupe a déclaré que l‘extension de l‘enquête à Viola et Profumo avait été décidée après le rejet en avril par l‘assemblée générale de la banque d‘une demande d‘indemnisation par les deux dirigeants soumise par deux actionnaires. En droit italien, a-t-il ajouté dans un courrier électronique, “le parquet est obligé d‘ouvrir une enquête quand une plainte lui est transmise”.

Le fait d‘être visé par une enquête en Italie n‘implique pas nécessairement une inculpation.

La source a déclaré jeudi que le parquet de Sienne estimait que Monte Paschi n‘avait pas correctement comptabilisé deux transactions sur des produits dérivés connues sous les appellations “Alexandria” et “Santorini” et réalisées entre 2011 et 2014.

DES FAITS LIÉS AU RACHAT D‘ANTONVENETA

L‘enquête a été transmise le mois dernier au parquet de Milan, qui a désormais 18 mois pour enquêter et rendre ses conclusions, a-t-elle ajouté.

Des demandes de commentaires adressées aux parquets de Milan et Sienne sont restés sans réponse.

Viola et Profumo ont été recrutés par Monte Paschi en 2012 avec pour mission de redresser les comptes, plombés par le rachat d‘Antonveneta en 2007 et par des transactions risquées sur certains produits dérivés financiers. Profumo a démissionné de la présidence du groupe en août de l‘an dernier.

En janvier, le parquet de Milan a renvoyé devant la justice 13 anciens cadres de Monte Paschi, de Nomura et de Deutsche Bank dans une enquête distincte sur les deux transactions mises en cause et sur un instrument financier hybride utilisé pour financer en partie le rachat d‘Antonveneta.

Toutes les personnes et les institutions mises en cause dans ce dossier nient les faits qui leur sont reprochés.

Le parquet estime que l‘ancienne direction de Monte Paschi a décidé des transactions sur les dérivés pour dissimuler des pertes après l‘acquisitions d‘Antonveneta pour neuf milliards d‘euros.

En décembre, la Consob, l‘autorité des marchés financiers italiens, a estimé que la banque avait mal comptabilisé la transaction dite Alexandria dans ses comptes de 2014 et du premier semestre 2015.

Silvia Ognibene; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below