LEAD 1-Dudley (Fed) juge "possible" une hausse de taux en septembre

mardi 16 août 2016 15h49
 

(Actualisé avec citations supplémentaires, contexte)

16 août (Reuters) - La Réserve fédérale américaine pourrait relever ses taux d'intérêt dès le mois prochain car le marché du travail est en train de se tendre et les preuves d'une hausse des salaires se multiplient, a déclaré mardi William Dudley, le président de l'antenne régionale de la banque centrale à New York.

"Nous nous rapprochons du moment où il sera approprié, selon moi, de relever de nouveau les taux d'intérêt", a-t-il dit à la chaîne de télévision Fox Business Network.

"Je crois possible" une hausse des taux à l'issue de la réunion de politique monétaire de septembre, a-t-il ajouté. "Nous devrons étudier l'évolution des indicateurs."

La Fed a relevé ses taux en décembre pour la première fois en près de 10 ans après les avoir laissés à un niveau quasi-nul pendant sept ans. Elle n'y a plus touché depuis en raison des turbulences sur les marchés financiers en début d'année puis des incertitudes sur l'évolution de l'économie américaine face au ralentissement de l'activité mondiale.

Les investisseurs estiment la probabilité d'une hausse de taux aux Etats-Unis à seulement 12% lors de sa réunion des 20 et 21 septembre et à 38% en décembre, après l'élection présidentielle du 8 novembre aux Etats-Unis, selon le baromètre FedWatch de CME Group.

Comme la croissance de l'économie américaine n'a été que de 1% au premier semestre, "nous n'avons probablement pas beaucoup de resserrement monétaire à effectuer avec le temps", a dit William Dudley, un proche de la présidente de la Fed, Janet Yellen.

"Mais le marché du travail est en train de se tendre et nous commençons à observer des signes d'accélération de la progression des salaires, donc je pense que nous nous rapprochons du moment où il sera approprié de relever à nouveau les taux à court terme", a dit le président de la Fed de New York, qui dispose d'un droit de vote permanent aux réunions de politique monétaire de la Réserve fédérale.

Interrogé au sujet de l'inflation, William Dudley a répondu que le problème était de savoir si la croissance économique était suffisante pour exercer des pressions sur les ressources susceptibles d'entraîner les salaires, puis les prix, à la hausse.

"Jusqu'à présent, il semble que nous soyons sur cette trajectoire et nous allons devoir suivre l'évolution dans les prochains mois", a-t-il dit. (Jonathan Spicer et Karen Brettell; Marc Angrand et Bertrand Boucey pour le service français)