Williams (Fed) prône de nouvelles approches face aux taux bas

lundi 15 août 2016 19h40
 

SAN FRANCISCO, 15 août (Reuters) - Les banques centrales et les gouvernements doivent adopter de nouveaux principes politiques pour protéger leurs économies face aux risques liés à la persistance de taux bas, qui menace de limiter leur capacité d'action en cas de récession, a déclaré lundi le président de l'antenne de la Réserve fédérale à San Francisco.

Fixer des objectifs d'inflation plus élevés, lier directement la politique monétaire au niveau de l'activité et pas seulement de l'inflation, mettre au point des programmes de dépenses publiques automatiquement mis en oeuvre en cas de récession et accroître l'investissement dans l'éducation et la recherche sont autant de politiques qui mériteraient d'être considérées, a dit John Williams.

Sans de telles évolutions, les responsables politiques et monétaires se retrouveront paralysés en cas de crise, a-t-il prévenu.

"Les banques centrales n'ont tout simplement pas assez de marge de manoeuvre pour baisser les taux d'intérêt en cas de retournement économique dès lors qu'à la fois les taux naturels et l'inflation sont très bas", affirme John Williams dans la dernière édition de la Lettre économique de la Fed de San Francisco.

Malgré plusieurs années de politiques monétaires ultra-accommodantes à travers le monde, les banquiers centraux constatent que la croissance et l'inflation peinent à se redresser.

Comme John Williams, certains sont désormais convaincus que des facteurs au-delà de leur contrôle, notamment le vieillissement de la population et la faiblesse des gains de productivité, freinent la croissance et, par conséquent, la hausse des taux d'intérêt.

John Williams estime que les taux d'intérêt à court terme aux Etats-Unis ne remonteront probablement qu'à 3% ou 3,5% au maximum lorsque l'économie sera de nouveau en pleine santé. (Ann Saphir; Bertrand Boucey pour le service français)