RPT-GB-Les plans de recrutement en baisse après le 23 juin-sondage

lundi 15 août 2016 01h47
 

(Nouveau lien § 6)

LONDRES, 15 août (Reuters) - Les employeurs britanniques se montrent plus prudents dans leurs plans d'embauche et sont moins susceptibles d'investir dans la formation de leurs employés depuis le référendum du 23 juin, où les électeurs se sont prononcés pour une sortie de l'UE, montre un sondage publié lundi.

La part des employeurs qui prévoient d'augmenter leurs effectifs dans les trois prochains mois est passé de 40% avant le référendum à 36% après, selon le CIPD, une association qui représente des professionnels des ressources humaines ainsi que le groupe d'intérim Adecco Group UK & Ireland.

Un employeur sur cinq prévoit de réduire son investissement dans la formation en raison du Brexit et de la chute de la livre, augmentant les coûts des importations. Sept pour cent prévoient d'augmenter ces investissements.

"Tandis que de nombreuses sociétés traitent la période post-Brexit comme si de rien n'était et que les intentions d'embauche restent globalement positives, des signes montrent que certaines organisations, particulièrement dans le secteur privé, se préparent à fermer les écoutilles", estime Ian Brinkley, économiste en chef par intérim du CIPD.

La plupart des chefs d'entreprise jugent qu'il est trop tôt pour dire si leurs employés étrangers vont quitter le pays en raison du vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne. Un employeur sur cinq estime toutefois que certains employés étrangers envisagent un départ dans les douze prochains mois.

La victoire du camp du Brexit a déjà entraîné la Grande-Bretagne dans une légère récession, pensent les économistes interrogés par Reuters, dont la plupart s'attendent à voir la BoE réduire à nouveau ses taux en novembre.

La Banque d'Angleterre (BoE) a abaissé au début du mois son taux directeur pour la première fois depuis 2009 et relancé son programme de rachat d'obligations pour faire face aux effets sur l'économie du vote.

(William Schomberg; Julie Carriat pour le service français)