Aegon rate le consensus au T2, des cessions possibles aux USA

jeudi 11 août 2016 10h32
 

AMSTERDAM, 11 août (Reuters) - L'assureur néerlandais Aegon a annoncé jeudi avoir entamé une revue de ses activités aux Etats-Unis après la publication de résultats trimestriels inférieurs aux attentes, en partie en raison d'une hausse des demandes d'indemnisation sur le marché américain.

Le groupe a réalisé au deuxième trimestre un bénéfice imposable courant de 435 millions d'euros, contre 505 millions un an plus tôt, alors que les analystes financiers prévoyaient en moyenne un montant de 481 millions.

Il a en outre publié une perte nette de 385 millions d'euros, conséquence d'une moins-value de 618 millions sur la vente d'un portefeuille de neuf milliards de livres en Grande-Bretagne cette année.

"Les résultats ont été affectés par les taux d'intérêt exceptionnellement bas, des demandes d'indemnisation défavorables dans nos activités vie et santé aux Etats-Unis et la perte comptable sur la cession de notre portefeuille d'annuités au Royaume-Uni", a expliqué le directeur général, Alex Wynaendts.

Aegon a ajouté que "la présence géographique aux Etats-Unis était en cours d'évaluation".

Le directeur financier, Darryl Button, a dit que le groupe pourrait céder ses activités américaines dites de "Boli-Coli", autrement dit les produits d'assurance vie détenus par des banques ou des entreprises, ainsi qu'un produit d'annuités variables dont la commercialisation a été arrêtée.

"Leurs bénéfices sont proches de zéro, peut-être de 10 millions de dollars par an, mais leur détention mobilise beaucoup de capitaux, donc cela se traduit pour nous par un retour très faible", a-t-il expliqué à Reuters.

Aegon a précisé qu'il voulait réduire de 150 millions de dollars ses coûts aux Etats-Unis, un marché sur lequel il réalise les deux tiers de ses activités.

Le groupe a relevé son acompte sur dividende à 0,13 euro contre 0,12 l'an dernier.

A la Bourse d'Amsterdam, l'action Aegon cédait 2,39% à 3,7590 euros à 8h30 GMT.

(Toby Sterling; Marc Angrand pour le service français)