LEAD 2-El Khomri valide le licenciement d'un délégué CGT d'Air France

lundi 8 août 2016 20h53
 

* Poursuivi dans l'affaire des "chemises arrachées"

* La CGT dénonce une décision "revancharde"

* Le délégué dit son intention de "contre-attaquer" (Actualisé avec le délégué CGT, précisions)

PARIS, 8 août (Reuters) - Myriam El Khomri a validé le licenciement d'un délégué CGT d'Air France poursuivi dans l'affaire dite "des chemises arrachées" lors d'un comité central d'entreprise en octobre 2015, a annoncé le ministère du Travail lundi.

"A l'issue d'une analyse longue et minutieuse des faits survenus le 5 octobre 2015 en marge du comité central d'entreprise du groupe Air France, et sur la base des éléments portés au dossier, il ressort que la faute reprochée est d'une gravité suffisante pour justifier le licenciement du salarié protégé", peut-on lire dans un communiqué.

"Cette décision est cohérente avec le licenciement des quatre autres salariés impliqués dans le même dossier, qui ne bénéficient d'aucun mandat syndical et dont le cas n'est donc pas soumis à l'autorisation de l'inspection du travail", ajoute le ministère.

Le salarié concerné, Vincent Martinez, conserve la possibilité de former un recours de la décision de la Direction générale du travail devant le tribunal administratif, précise-t-il.

"C'est une décision qui va à l'encontre de celle prise par l'inspection du travail" qui avait refusé en janvier le licenciement pour faute lourde du délégué syndical, a réagi le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

"J'y vois une décision politique et revancharde de la part du gouvernement par rapport au mouvement social à Air France et au mouvement social que nous menons" contre la loi travail, a-t-il dit à Reuters, précisant que le syndicat allait étudier les recours possibles.   Suite...