Macron ne croit pas en un revirement de Londres sur Hinkley Point

dimanche 31 juillet 2016 18h36
 

PARIS, 31 juillet (Reuters) - Le ministre français de l'Economie ne croit pas en "un revirement" du Royaume-Uni au sujet des réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point au motif que "l'équation énergétique" du nouveau gouvernement britannique "n'a pas changé".

Le conseil d'administration d'EDF a donné jeudi son feu vert à ce projet controversé mais le nouveau ministre britannique des Entreprises et de l'Energie, Greg Clark, a annoncé à la surprise générale que son gouvernement allait revoir attentivement tous les aspects du dossier et rendre sa décision à l'automne.

"Le nouveau gouvernement britannique a confirmé son engagement en faveur du nucléaire et du projet Hinkley Point.Il s'agit d'un délai naturel propre à un gouvernement qui arrive, qui devrait se terminer en septembre", commente Emmanuel Macron dans Le Journal du Dimanche.

"Leur centrales doivent être renouvelées à l'horizon 2025. Je ne crois pas à un revirement de leur choix car leur équation énergétique n'a pas changé", poursuit-il.

Le ministre explique ne pas vouloir se "placer dans l'hypothèse d'un abandon ni d'un revirement."

"On a déjà beaucoup de défis. Je ne tiens pas à ajouter une inconnue à l'équation", dit-il. (Sophie Louet)