LEAD 1-Les stress tests confirment la solidité des banques françaises-BdF

vendredi 29 juillet 2016 23h15
 

(Actualisé avec déclarations de la Fédération bancaire française)

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Les tests de résistance sur la capacité des plus grandes banques européennes à faire face à des chocs très défavorables conduits sous l'égide de l'Autorité bancaire européenne (ABE) ont montré la solidité des banques françaises, a dit vendredi la Banque de France (BdF) après la publication de leurs résultats.

"Les résultats définitifs, publiés par l'ABE, montrent que les banques françaises confirment leur solidité et leur capacité de résistance à des chocs sévères", écrit la BdF dans un communiqué.

Le gouverneur de la BdF s'est félicité des résultats. "Les banques françaises confirment leur solidité et la confiance que nous pouvons avoir dans notre système bancaire", déclare-t-il dans le communiqué.

"Elles ont su, au cours de ces dernières années, renforcer fortement leurs fonds propres pour répondre aux exigences règlementaires et démontrent qu'elles disposent aujourd'hui d'un niveau de solvabilité élevé", ajoute François Villeroy de Galhau qui est aussi président de l'Autorité de contrôle et de résolution (APCR) française.

En France, six groupes bancaires, représentant plus de 90% des actifs du système bancaire français, ont été concernés par les tests de résistance qui ont porté sur les 51 groupes bancaires européens les plus importants, a rappelé la BdF.

La Fédération bancaire française (FBF) a souligné dans un communiqué que ces tests, pourtant plus sévères que ceux de 2014, montrent que les banques françaises seraient parmi ccelles qui résisteraient le mieux à un scénario défavorable.

"Après les résultats positifs de novembre 2014, ces résultats des stress tests 2016 confirment une nouvelle fois la robustesse des banques françaises. La pertinence de notre modèle de banque universelle assure une bonne diversification des risques et des revenus, et un bon financement de l'économie", a noté Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF. (Marc Joanny, édité par Juliette Rouillon)