AB InBev abaisse ses prévisions au Brésil, confiant sur SABMiller

vendredi 29 juillet 2016 10h50
 

par Philip Blenkinsop

BRUXELLES, 29 juillet (Reuters) - Le premier brasseur mondial Anheuser-Busch Inbev a abaissé vendredi sa prévision de croissance des ventes au Brésil, son deuxième marché, pour cette année en raison des difficultés économiques du pays et a redit que son offre révisée sur son concurrent SABMiller était définitive et ne serait pas modifiée.

Le propriétaire des marques Budweiser, Stella Artois et Corona a relevé mardi son offre sur SABMiller à environ 79 milliards de livres sterling (94 milliards d'euros) pour amadouer des investisseurs qui jugeaient sa proposition initiale moins attrayante en raison de la chute de la livre provoquée par le vote britannique sur le sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

"L'offre est définitive et ne peut être relevée ou modifiée d'une quelconque manière", a dit le directeur général Carlos Brito lors d'une téléconférence.

AB InBev doit encore obtenir le feu vert des autorités chinoises de la concurrence et l'aval de SABMiller à sa nouvelle offre. Il propose 45 livres par action de sa cible, soit une livre de plus qu'en novembre, et a relevé de 88 pence sa proposition alternative en titres et en numéraire.

"Nous pensons que l'offre révisée et définitive représente une occasion convaincante pour tous les actionnaires de SABMiller", a dit Brito.

SABMiller, convoité pour sa présence en Amérique latine et en Afrique, a demandé à ses salariés de suspendre l'intégration de ses activités avec celle d'AB InBev, dans l'attente de la réponse de son conseil d'administration à l'offre améliorée.

Brito a toutefois souligné que les deux entreprises avaient réalisé des progrès significatifs ensemble depuis novembre sur les questions réglementaires, le financement obligataire de l'opération, les cessions d'actifs aux Etats-Unis, en Chine et en Europe ainsi que la planification de l'intégration.

"Nous avons toujours comme objectif de finaliser la transaction en 2016", a-t-il dit sans donner plus de détails.   Suite...