** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

jeudi 28 juillet 2016 08h14
 

PARIS, 28 juillet (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement jeudi à l'ouverture dans le sillage de Wall Street et au lendemain du statu quo observé par la Réserve fédérale comme attendu, alors que le dollar recule en l'absence d'indication de la banque centrale américaine sur le calendrier d'éventuels relèvements cette année.

Les publications de résultats continueront d'animer la séance tandis que les valeurs bancaires devraient rester au centre des préoccupations des investisseurs, à l'approche de la publication des résultats des tests de résistance de l'Autorité bancaire européenne, avec les publications trimestrielles de plusieurs grands établissements européens et la préparation d'opérations de renforcement de leurs fonds propres par Banca Monte di Paschi di Siena et UniCredit en Italie.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 0,10% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,06% et le FTSE à Londres 0,01%.

La Bourse de Tokyo a terminé en baisse de 1,13%, pénalisée par le raffermissement du yen.

La Bourse de New York a terminé sur une note quasi-stable mercredi après le statu quo de la Réserve fédérale, à l'issue d'une séance marquée en outre par les réactions à une série de résultats de grands noms de la cote, dont Apple et Coca-Cola.

Sur le marché des changes, le dollar recule, pénalisé par l'absence d'indications plus claires de la Fed sur son calendrier de hausse de taux cette année. Son indice contre un panier de devises de référence est tombé à un plus bas de neuf jours de 96,545, en net retrait par rapport à un plus haut de quatre mois et demi de 97,569 atteint en début de semaine.

Le dollar se replie notamment contre la devise japonaise, à 105,11 yens, son repli étant toutefois limité par les anticipations de nouvelles mesures d'assouplissement par la Banque de Japon à l'issue de sa réunion de politique monétaire vendredi.

L'euro s'est apprécié contre la devise américaine à un plus haut de neuf jours à 1,1075 dollar.

Le pétrole se reprend sur des achats à bon compte après être tombé mercredi à une plus de trois mois dans la foulée de l'annonce par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) d'une hausse inattendue des stocks de brut et d'essence aux Etats-Unis la semaine dernière.   Suite...