Air France-KLM s'attend à une chute de ses recettes cet été

mercredi 27 juillet 2016 07h16
 

PARIS, 27 juillet (Reuters) - Air France-KLM estime que la désaffection continue de la clientèle asiatique après les attentats et les violences en marge des manifestations de juin en France pèsera sur ses recettes cet été, après une nette dégradation au deuxième trimestre.

"Nos coefficients de réservations sont inférieurs à l'année dernière. On a comblé notre retard sur juillet mais en dégradant la recette et on est toujours en retard sur le mois d'août", a déclaré le directeur financier Pierre-François Riolacci à des journalistes.

"C'est un pilotage fin. C'est assez facile de remplir les avions : il suffit de baisser les prix. Le but du jeu est de le faire en préservant la recette", a-t-il ajouté.

La désaffection de la clientèle asiatique explique les pressions sur le marché, entraînant un recul de 4,1% de la recette unitaire d'Air France-KLM au deuxième trimestre à données comparables, a souligné Pierre-François Riolacci.

A la forte baisse de la clientèle japonaise depuis l'attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, Air France a vu s'ajouter au deuxième trimestre un recul de la fréquentation des voyageurs chinois, notant une chute de 50% des volumes de réservations des groupes.

Avec l'été, les compagnies aériennes renforcent leurs capacités mais sans une demande suffisamment dynamique pour les absorber à cause des attentats en Europe mais aussi du ralentissement en Chine et de la crise au Brésil.

En conséquence, Air France-KLM estime que la pression sur ses recettes et l'apparition d'effets de change négatifs liés à l'appréciation de l'euro contre un certain nombre de devises comme la livre ou le real brésilien devraient plus que compenser les gains sur sa facture carburants.

Déjà au deuxième trimestre, Air France-KLM n'a conservé que 15% des économies réalisées grâce à la baisse du prix du pétrole contre 55% au premier trimestre.

Jean-Marc Janaillac, qui a succédé à Alexandre de Juniac au poste de PDG le 4 juillet, devra en outre faire face à une deuxième grève en deux mois chez Air France. Après les pilotes en juin, ce sont cette fois les hôtesses et stewards qui démarrent ce mercredi une grève d'une semaine. (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)