25 juillet 2016 / 09:12 / dans un an

LEAD 1-William Hill accueille fraîchement l'approche de Rank et 888

* Le bookmaker confirme avoir reçu une approche

* Il est réservé sur l‘intérêt d‘une fusion à trois

* L‘action ouvre en hausse de 11% (Actualisé avec cours de Bourse, précisions, contexte)

par Kate Holton

25 juillet (Reuters) - William Hill, le premier bookmaker britannique, a confirmé lundi avoir reçu une approche très préliminaire du groupe de paris en ligne 888 Holdings et de l‘exploitant de casinos Rank Group, en ajoutant ne pas être certain qu‘une fusion à trois ne renforce son positionnement.

L‘action William Hill a ouvert en hausse de 11% à la Bourse de Londres mais le bookmaker, actuellement sans patron et en passe de perdre sa place de leader sur le marché britannique, s‘est montré très prudent dans un communiqué.

“Le conseil d‘administration de William Hill étudiera toute proposition qui pourrait émaner du consortium”, déclare le groupe. “Mais il n‘est pas évident qu‘un rapprochement de William Hill avec 888 et Rank renforcerait le positionnement stratégique de William Hill ou apporterait davantage de valeur par rapport à sa stratégie de diversification via le développement de ses activités numériques et de ses activités à l‘international.”

888, l‘un des principaux groupes de paris en ligne, et Rank, le premier opérateur de casinos et de salles de bingo en Grande-Bretagne, avaient annoncé dimanche unir leurs forces pour préparer une offre d‘achat commune sur le bookmaker, poursuivant ainsi un vaste mouvement de consolidation dans le secteur en proie à un durcissement de la réglementation et de la fiscalité.

A la Bourse de Londres, l‘action William Hill, en baisse de 21% depuis le 1er janvier, conserve vers 8h30 GMT un gain de 7,56% à 337,4 pence, après un plus haut de quatre mois à 353,6.

888 gagne 2,93% à ce stade et Rank 2,28%.

A ces niveaux, William Hill affiche une capitalisation boursière de 3,1 milliards de livres (3,7 milliards de livres) contre 844 millions pour 888 et 986 millions pour Rank.

Selon les analystes de Liberum, l‘offensive de Rank et de 888 sur William Hill montre à quel point le bookmaker a perdu de sa superbe depuis qu‘il avait lui-même des vues sur 888.

William Hill, leader du marché britannique avec 2.370 officines de paris, avait impulsé le mouvement de consolidation l‘an dernier en tentant de mettre la main sur 888 pour 720 millions de livres.

Le groupe s‘était heurté à l‘hostilité d‘un des principaux actionnaires de 888, l‘homme d‘affaires israélien Avi Shaked, qui a fait capoter l‘offre avec l‘aide de son frère Aaron Shaked.

Les deux frères ont fait de 888 l‘une des plus importantes plates-formes de paris en ligne au Royaume-Uni, offrant des paris sportifs mais aussi des jeux de casino et de bingo.

Rank, avec qui 888 s‘associe maintenant, est de son côté le premier exploitant de casinos et de salles de bingo en Grande-Bretagne.

VULNÉRABLE

Depuis l‘échec de l‘offre de William Hill sur 888, les bookmakers concurrents Ladbrokes et Gala Coral ont annoncé un projet de fusion de 2,3 milliards de livres qui, s‘il reçoit les autorisations nécessaires, détrônera le leader.

Deux autres acteurs du secteur, Paddy Power et Betfair, ont accepté en septembre d‘unir leurs forces.

888 de son côté avait conclu l‘an dernier le rachat de Bwin.party mais ce dernier s‘est finalement vendu à GVC Holdings GVC.L au terme d‘un bras de fer marqué par plusieurs surenchères.

Avant sa tentative d‘OPA infructueuse sur 888, William Hill avait cherché à se développer dans les paris en ligne, développant une application dont le succès a été de courte durée face à une concurrence mieux organisée.

Les mauvaises performances des services “online” ont coûté sa place au directeur général James Henderson, remercié jeudi par le conseil d‘administration après seulement deux ans en poste.

L‘action William Hill a perdu 31% de sa valeur sur les 12 mois précédant l‘éviction de Henderson, touchant en juin un plus bas de trois ans pour une capitalisation ramenée à 2,75 milliards de livres.

Le titre 888 s‘est apprécié à l‘inverse de 29% sur la même période tandis que Rank a cédé 3% en Bourse sur un an.

“Il ne fait aucun doute que William Hill est vulnérable actuellement, compte tenu du départ du CEO mais aussi de ceux d‘autres responsables opérationnels haut placés”, relèvent les analystes de Liberum dans une note.

Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below