LEAD 2-Opération antiterroriste au Brésil à l'approche des JO

jeudi 21 juillet 2016 19h57
 

(Actualisé avec déclarations du ministre de la Justice, source présidentielle)

BRASILIA, 21 juillet (Reuters) - Une dizaine de personnes ont été arrêtées jeudi par la police fédérale brésilienne qui les soupçonne d'appartenir à une cellule soutenant l'organisation Etat islamique et d'avoir envisagé des actes de terrorisme au cours des Jeux olympiques de Rio, a annoncé le ministre de la Justice.

Ce groupe, qualifié de "totalement amateur" par Alexandre Moraes, était entièrement composé de Brésiliens qui étaient en contact via des messageries sur internet comme WhatsApp et Telegram mais ne se connaissaient pas personnellement, a déclaré le ministre.

Selon Alexandre Moraes, les opérations antiterroristes ont été menées dans neuf Etats. L'une des personnes arrêtées a tenté de se procurer un fusil d'assaut AK-47, a ajouté le ministre qui a dit qu'aucune cible spécifique n'avait à ce stade été identifiée.

Les individus ont été surveillés car ils avaient accédé à des sites internet liés à l'EI, a-t-il précisé.

Selon une source proche de la présidence, la police fédérale surveille une centaine de personnes pour d'éventuels liens avec des organisations terroristes, la plupart dans la région frontalière avec le Paraguay et l'Argentine.

Des services de renseignement étrangers, américains notamment, ont été impliqués dans les dix arrestations effectuées jeudi, a ajouté cette source.

Le Brésil n'est pas en conflit avec des organisations terroristes mais les Jeux olympiques de Rio, qui se dérouleront du 5 au 21 août, font du pays une cible, en raison notamment de la participation de pays de la coalition anti-EI à la compétition, a souligné Alexandre Moraes.

En alerte depuis les attentats de Paris, Bruxelles, Orlando et Nice, le Brésil prévoit le déploiement d'environ 85.000 policiers, soldats et autres personnels de sécurité, soit le double de la force mobilisée lors des JO de Londres en 2012.

Les agences de sécurité coopèrent également avec des services de renseignement étrangers pour partager des informations et mettront en place pendant la durée de l'événement un "centre antiterroriste" avec des représentants des polices d'une douzaine de pays dont les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne ou encore l'Espagne. (Lisandra Paraguassu, Anthony Boadle; Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)