RPT-Italie-Battu aux municipales à Milan, Parisi veut unir la droite

jeudi 21 juillet 2016 12h34
 

(Répétition titre, texte sans changement)

ROME, 21 juillet (Reuters) - Battu de justesse aux municipales de Milan par le représentant du Parti démocrate, Stefano Parisi a dit jeudi vouloir unir derrière lui la droite italienne pour vaincre le président du Conseil, Matteo Renzi.

Ancien chef d'entreprise et spécialiste du marché du travail et des questions économiques, Stefano Parisi, 59 ans, s'est attiré de nombreuses louanges pour avoir su unir la droite milanaise autour de sa candidature à la mairie de la capitale économique du nord du pays.

La droite italienne se cherche un chef depuis que Silvio Berlusconi a été évincé en 2013 de la vie politique italienne après sa condamnation pour fraude fiscale.

Profondément divisée, la droite pourrait, selon les sondages, faire jeu égal avec le Parti démocrate de Matteo Renzi ou avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S) si elle s'unissait derrière une seule bannière.

Dans un entretien accordé jeudi à la Stampa, Stefano Parisi a dit vouloir reconstruire le centre droit italien et organiser en septembre une convention à Milan pour établir une plate-forme politique.

Connu pour son ton calme et modéré, Stefano Parisi devra trouver les mots pour rassembler la Ligue du Nord et son discours xénophobe, la formation libérale Forza Italia de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi et une myriade de petits partis politiques d'ici 2018, année durant laquelle sont prévues les prochaines élections législatives.

"J'en appelle à l'opinion publique modérée qui doit être réveillée: nous avons besoin d'un renouveau, d'une reconstruction, et c'est ce que je veux réussir à faire", a-t-il dit à la Stampa.

Selon lui, le centre droit doit adopter un discours ferme vis-à-vis sur l'immigration, combattre la bureaucratie et cesser de réclamer à l'Union européenne que l'Italie soit dispensée de respecter les règles budgétaires.

Stefano Parisi a ajouté qu'il voterait contre le projet de réforme constitutionnelle voulue par Matteo Renzi visant à réduire le rôle du Sénat, qui sera soumis à référendum à l'automne prochain. (Gavin Jones,; Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand)