RPT-Un responsable des changes de HSBC arrêté aux USA

mercredi 20 juillet 2016 17h48
 

(Répétition sans changement)

NEW YORK, 20 juillet (Reuters) - Un haut responsable de HSBC a été arrêté à New York dans le cadre d'une enquête sur le marché des changes, a déclaré mercredi une source proche du dossier.

Mark Johnson, responsable du trading de devises chez HSBC à Londres, a été appréhendé par le FBI mardi à l'aéroport John F. Kennedy et doit paraître devant un tribunal de Brooklyn mercredi après-midi, a ajouté la source.

Il devrait être inculpé, tout comme Stuart Scott, ex-patron du desk Europe de HSBC, pour avoir procédé à des transactions avant d'exécuter pour le compte d'un client un achat de livres sterling pour un montant de 3,4 milliards de dollars, rapporte le Wall Street Journal, citant une source.

Mark Johnson n'a pas répondu à des demandes de commentaires. Un porte-parole de HSBC s'est refusé à toute déclaration. Un porte-parole du département américain de la Justice n'avait aucun commentaire à formuler dans l'immédiat.

Cette affaire fait suite à l'enquête de la justice américaine sur des soupçons de manipulation du marché des changes au terme de laquelle quatre grandes banques - Citigroup , JPMorgan Chase, Barclays et Royal Bank of Scotland - ont plaidé coupable, en mai 2015, de manipulation concertée des taux de change et accepté de verser un total de près de six milliards de dollars.

Les services britanniques de lutte contre la fraude financière avaient classé sans suite en mars dernier leur enquête sur une possible manipulation sur le marché des changes, estimant ne pas disposer de preuves suffisantes pour engager des poursuites.

Le Serious Fraud Office (SFO) avait démarré son enquête en juillet 2014 à la suite de la transmission d'éléments par la Financial Conduct Authority (FCA).

En novembre 2014, la FCA avait infligé une amende à cinq banques - HSBC, JPMorgan Chase, Royal Bank of Scotland, UBS et Citi - d'un total de 1,1 milliard de dollars (991 millions d'euros) pour avoir été négligentes dans le contrôle de leurs opérations de change sur le marché au comptant.

Le SFO avait précisé qu'il restait en contact avec le département américain de la Justice sur l'enquête que ce dernier poursuit sur le même dossier. (Nate Raymond, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)