Hinkley Point-Des syndicats demandent l'intervention de Hollande

mercredi 20 juillet 2016 13h37
 

PARIS, 20 juillet (Reuters) - Les syndicats CGT, CFE-CGC et FO ont demandé mercredi à François Hollande d'intervenir pour empêcher "tout passage en force" sur le projet Hinkley Point, pour lequel EDF estime être arrivé au stade d'une décision finale d'investissement.

Le groupe a clos début juillet la consultation de son comité central d'entreprise (CCE) sur ce projet controversé de construction de deux réacteurs nucléaires EPR en Angleterre pour 18 milliards de livres (21,5 milliards d'euros environ), dont les syndicats redoutent qu'il mette en péril l'équilibre financier de l'entreprise.

Le CCE a engagé le 22 juin une procédure devant le tribunal de grande instance de Paris, non suspensive, afin d'obtenir des documents qu'il juge nécessaires pour rendre son avis et de faire prolonger le délai légal de sa consultation. Une audience est fixée au 22 septembre.

"Nos organisations syndicales fustigent aujourd'hui la demande de la présidence d'EDF, soutenue par Emmanuel Macron, d'un passage en force fin juillet, par la prise de la décision finale d'investissement par le conseil d'administration d'EDF, sans attendre le résultat de l'action juridique", ont indiqué la CGT, la CFE-CGC et FO dans un communiqué.

"Nous demandons (...) au président de la République de faire respecter clairement les droits des comités d'entreprise et d'empêcher tout passage en force", ont ajouté les syndicats.

Des représentants CGT, FO, CGC et Unsa ont quitté lundi une réunion sur l'avenir de la filière nucléaire française programmée avec le ministre de l'Economie en jugeant qu'elle risquait d'"avaliser des décisions déjà prises". (Benjamin Mallet, édité par Matthieu Protard)