France-La Cour des comptes salue la baisse de dépenses de l'Elysée

mardi 19 juillet 2016 18h23
 

PARIS, 19 juillet (Reuters) - La présidence française a poursuivi en 2015 les efforts de maîtrise des dépenses à hauteur du plafond de 100 millions d'euros fixé par François Hollande dans ses promesses de campagne, observe la Cour des comptes dans un rapport rendu public mardi.

La publication de ce satisfecit intervient une semaine après que les révélations du Canard enchaîné sur le salaire du coiffeur du chef de l'Etat ont déclenché une polémique.

"A l'occasion du contrôle des comptes de l'exercice 2015, (la Cour) a pu observer une nouvelle fois la poursuite des efforts engagés pour ramener les dépenses dans la limite de 100 millions d'euros", souligne Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, dans ce rapport.

Les charges de l'Elysée se sont établies à 100 millions d'euros l'an dernier, comme l'année précédente, notamment sous l'effet d'une stabilisation de la masse salariale et d'un recours accru à des modalités d'achats plus économes, peut-on lire dans ce document.

Après avoir constaté une diminution des charges dans la quasi-totalité des postes d'exploitation en 2014, la Cour a observé en 2015 une augmentation des achats et des impôts, tandis que le recul s'est poursuivi pour les charges externes et les salaires.

La rémunération des personnels, qui représente 62,4% du total des dépenses de l'Elysée, a diminué de 1,4% en 2015 par rapport à l'année précédente, à 67,4 millions d'euros.

La Cour observe que le recours aux heures supplémentaires, qu'il avait jugé trop important dans son précédent rapport, a diminué en 2015 (à 1,45 million contre 1,62 million en 2014) mais reste "encore excessif" et nécessite que les efforts de régularisation soient poursuivis.

Les dépenses de fonctionnement ont progressé de 1,5% l'an dernier, à 14 millions d'euros (13,8 millions en 2014), sous l'effet de la forte activité au palais de l'Elysée, avec l'organisation de nombreux dîners d'Etat et réceptions officielles.

La Cour des comptes observe en revanche une baisse des dépenses relatives aux déplacements présidentiels, à 13,8 millions d'euros soit 0,7 million de moins qu'en 2014. Ce repli, constaté malgré une augmentation du nombre de déplacements (138 en 2015 contre 90 en 2014) s'explique en partie par un usage plus rigoureux des moyens aériens.

Comme l'an dernier, le rapport conclut en recommandant "la mise en place d'un cadre juridique moderne et approprié pour la gestion budgétaire et comptable de la dotation votée en faveur de la présidence de la République, ainsi que le développement de procédures de contrôle interne performantes." (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)