RPT-Draghi appellera la zone euro à parer aux retombées du Brexit

lundi 18 juillet 2016 06h00
 

(Répétition sans changement d'une dépêche transmise dimanche)

par Francesco Canepa

FRANCFORT, 18 juillet (Reuters) - Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), priera sans doute les pays de la zone euro de faire davantage pour stimuler la croissance économique en réformant plus, surtout après que les Britanniques eurent décidé de quitter l'Union européenne (UE), mais son appel risque une fois de plus de rester lettre morte.

La BCE tient sa réunion de politique monétaire jeudi, la dernière avant la pause estivale, et il est probable qu'elle laissera cette dernière en l'état.

L'Allemagne est le seul pays disposant de finances publiques suffisamment solides pour relancer la croissance mais elle ne semble pas disposée à grever son excédent budgétaire pour injecter plus d'argent au niveau non plus national mais européen.

"Nous craignons, de ce fait, que les appels de M. Draghi à desserrer les cordons de la Bourse ne soient pas entendus, pour l'instant du moins", écrivent des économistes de BNP Paribas, ajoutant que pour l'heure il appartient à la BCE de gérer l'après-Brexit, cette dernière étant cependant consciente de disposer de moins en moins de solutions pour ce faire.

La solution d'une plus grande mobilisation des Trésors publics est de plus en plus plébiscitée, en témoignent les interventions récentes du secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria et de l'investisseur George Soros, et la baisse des rendements de plusieurs dettes souveraines est une invitation à augmenter l'investissement public, disent certains économistes.

Mais l'Europe ne semble pas devoir assouplir le principe de l'orthodoxie budgétaire puisque les ministres des Finances de l'UE ont comme prévu avalisé mardi dernier l'ouverture d'une procédure de sanction pour déficits excessifs contre l'Espagne et le Portugal, même si la sanction en question risque d'être purement symbolique.

  Suite...