14 juillet 2016 / 01:47 / il y a un an

La Banque d'Angleterre s'apprête à abaisser le coût du crédit

par William Schomberg

LONDRES, 14 juillet (Reuters) - La Banque d'Angleterre devrait annoncer jeudi une baisse de son taux d'intérêt directeur pour la première depuis plus de sept ans, dans le but d'adoucir l'onde de choc créée par la décision des Britanniques de sortir de l'Union européenne.

Le gouverneur de la BoE, Mark Carney, a envoyé un signal clair il y a deux semaines en estimant qu'"un assouplissement monétaire s'imposera sans doute durant l'été".

La banque centrale britannique devrait annoncer ce jeudi à 11h00 GMT une division par deux de son taux directeur, qui tomberait ainsi à un nouveau point bas inédit de 0,25%.

Puis, lors de sa prochaine réunion dans trois semaines, la BoE relancerait son programme de rachat massif d'obligations. C'est du moins ce à quoi s'attendent les économistes interrogés par Reuters.

Selon Mark Carney, les risques financiers du Brexit sont en train de se matérialiser après une chute de la valeur de la livre et le gel de certains fonds d'immobilier commercial.

Des données publiées ce jeudi montent que l'intérêt des acheteurs dans le marché du logement est tombé à son plus bas niveau depuis la mi-2008, pendant la crise financière.

Selon Allan Monks, économiste chez J.P. Morgan, la chute des rendements des obligations du Trésor britannique, en anticipation de l'assouplissement annoncé par Mark Carney, a protége les emprunteurs, ménages et entreprises, en compensant la hausse des spreads de crédit.

"La BoE doit tenir ses promesses face à ces attentes pour empêcher un resserrement des conditions de financement", commente Allan Monks.

La BoE maintient son taux directeur à 0,5% depuis mars 2009, en pleine crise financière.

Avant le référendum du 28 juin et le Brexit qui en est sorti, les spécialistes s'attendaient largement à ce que la banque centrale britannique emboîte le pas à la Réserve fédérale des Etats-Unis et relève son taux d'intérêt directeur cette année ou début 2017, à la faveur du redressement économique constaté un peu partout.

Or, aujourd'hui, les économistes se demandent si le Royaume-Uni va pouvoir éviter de retomber en récession.

La nomination plus rapide que prévu mercredi de Theresa May à la tête du gouvernement et la constitution de son gouvernement dans la foulée ont contribué à calmer les marchés financiers

Mark Carney a fait connaître son opposition à faire baisser les taux jusqu'à les rendre négatifs, comme l'ont fait la Banque centrale européenne et la Banque du Japon.

Les économistes ont en général tendance à penser que la BoE préférera relancer son programme d'assouplissement quantitatif pour soutenir l'économie en rachetant des obligations, alors que plusieurs années d'incertitude se profilent à l'horizon. (Danielle Rouquié pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below