LEAD 1-Steinhoff fait une offre de £597 mlns sur Poundland

mercredi 13 juillet 2016 10h12
 

(Actualisé avec des précisions, contexte, citation, cours de Bourse)

LONDRES, 13 juillet (Reuters) - Steinhoff International Holdings a fait savoir mercredi qu'il allait renforcer sa présence dans la distribution en Grande-Bretagne avec son OPA amicale de 597 millions de livres (717 millions d'euros) sur l'enseigne discount Poundland.

Le groupe sud-africain, déjà propriétaire des enseignes d'ameublement Bensons Beds et Harvey's en Grande-Bretagne, avait annoncé le mois dernier qu'il envisageait de lancer une OPA sur Poundland, sa troisième tentative pour racheter un distributeur en Europe cette année après deux échecs successifs sur Darty et Home Retail.

Steinhoff détient aussi 23,6% du capital de Poundland, qui vend toutes sortes d'articles au prix unique d'une livre.

Poundland a fait ses débuts en Bourse au prix de 300 pence en 2014 mais l'action a perdu 42% de sa valeur sur les 12 derniers mois en raison d'une conjoncture médiocre, d'effets de change défavorables et de la procédure d'intégration de la chaîne 99p Stores rachetée en 2015 pour 55 millions de livres.

L'action gagnait 12,5% à 220,50 pence en Bourse de Londres, tandis que Steinhoff perdait 0,13% en Bourse de Francfort.

Poundland a fait état en juin d'une baisse de 13,5% de son bénéfice annuel.

Le conseil d'administration de Poundland a recommandé l'offre de Steinhoff par laquelle chaque actionnaire de Poundland doit recevoir 222 pence par action, soit 220 pence en numéraire plus un dividende final de 2 pence par action.

Le prix représente une prime de 39% sur le cours de l'action Poundland du 13 juin, dernier jour de Bourse avant que Steinhoff ne commence à racheter des actions de sa cible.

"Steinhoff développe une activité de distribution à forte croissance au Royaume-Uni et dans le reste de l'Europe; Poundland sera d'un bon apport à cette histoire de croissance", a déclaré Markus Jooste, le directeur général de Steinhoff.

Les analystes expliquent que la baisse du sterling après le référendum du 23 juin favorable au Brexit, le net recul de l'action Poundland et des perspectives économiques atones pour la Grande-Bretagne ont rendu la valorisation du distributeur plus attrayante. (James Davey, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)