** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

mercredi 13 juillet 2016 07h42
 

PARIS, 13 juillet (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement mercredi à l'ouverture après quatre séances consécutives de hausse, l'appétit pour le risque restant soutenu par la perspective de nouveaux assouplissements monétaires et d'une accélération de la croissance américaine qui compensent les incertitudes liées au vote britannique sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien débuterait quasi-inchangé par rapport à la clôture de la veille de même que le Dax à Francfort. Le FTSE à Londres cèderait 0,30%.

A une demi-heure de la clôture, la Bourse de Tokyo gagne près de 1% tandis que l'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon prend 0,29% à 426,91 points et se rapproche de son plus haut de l'année de 428,22, atteint le 21 avril.

A Wall Street, les indices Dow Jones et S&P-500 ont inscrit de nouveaux records mardi tandis que le Nasdaq repassait en territoire positif pour 2016 grâce au rebond des cours du pétrole, à l'amélioration des perspectives économiques mondiales et aux espoirs d'une progression des bénéfices des entreprises.

Sur le marché des changes, le yen, qui a reculé de 4% au cours des deux dernières séances sur les anticipations de nouvelles mesures de soutien à l'activité, se reprend et s'échange à 104,21 par dollar.

La livre sterling poursuit son rebond en dépit des attentes d'un nouvel assouplissement par la Banque d'Angleterre de sa politique monétaire pour faire face aux conséquences du Brexit. Le sterling gagne près de 0,50% contre la devise américaine à 1,3307 dollar, alors que Theresa May prend aujourd'hui ses fonctions de Premier ministre en remplacement de David Cameron avec pour mission de mettre en oeuvre la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE.

Le pétrole recule sur des prises de bénéfices au lendemain d'une hausse de près de 5% alimentée par des prévisions du gouvernement américains et de l'OPEP sur une hausse de la demande l'année prochaine.

L'échéance septembre sur le Brent cède 60 cents (-1,24%) à 47,87 dollars. Le contrat août sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) recule de 50 cents, soit 1,05%, à 46,30 dollars le baril.

  Suite...