BOURSE-Shire profite du feu vert de la FDA pour un traitement oculaire

mardi 12 juillet 2016 10h46
 

12 juillet (Reuters) - Shire est recherchée mardi à la Bourse de Londres après avoir obtenu le feu vert des autorités américaines à la commercialisation d'un traitement contre la sécheresse oculaire.

Le titre prend 2,95% à 4.960 pence vers 08h30 GMT, de loin la plus forte hausse de l'indice européen du secteur de la santé , lui-même en baisse de 0,29%.

Le lifitegrast sera commercialisé sous le nom de Xiidra aux Etats-Unis et devrait être lancé au cours du troisième trimestre. Près de 16 millions d'adultes souffrent de sécheresse oculaire aux Etats-Unis.

Il s'agit du premier traitement ophtalmologique de Shire approuvé par la Food and Drug Administration (FDA), ce qui constitue une étape importante pour le laboratoire basé en Irlande, qui ambitionne de devenir un leader sur ce marché.

Le lifitegrast sera aussi le premier traitement contre la sécheresse oculaire commercialisé aux Etats-Unis depuis que le Restatis d'Allergan a obtenu le feu vert de la FDA en 2002 et les analystes soulignent que la comparaison est nettement favorable au nouveau produit lancé par Shire.

D'après les prévisions actuelles, les ventes annuelles du Xiidra devraient être légèrement supérieures à 1 milliard de dollars en 2021, selon Thomson Reuters Cortellis, contre 1,4 milliard de dollars attendus pour le Restatis cette année. L'estimation pour le traitement de Shire pourrait désormais être revue en hausse, pensent des analystes.

Avant même cette décision de la FDA, Shire a été l'un des principaux bénéficiaires en Bourse du vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne, en raison de la dépréciation de la livre face au dollar et de la demande des investisseurs pour les secteurs défensifs comme la pharmacie. Le titre a ainsi bondi d'environ 20% depuis le 23 juin.

Shire a aussi bouclé le mois dernier le rachat de Baxalta, spécialiste américain des traitements contre les maladies rares, pour 32 milliards de dollars (28,8 milliards d'euros). (Ben Hirschler; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)