Un loueur chinois acquiert 21 avions régionaux de Comac

mardi 12 juillet 2016 10h18
 

SINGAPOUR, 12 juillet (Reuters) - Le loueur d'avions China Aircraft Leasing Group (CALC) a annoncé lundi la commande de 30 avions de transport régional ARJ-21 de Comac, avec des options d'achat pour 30 autres appareils du constructeur chinois, pour un montant pouvant atteindre 2,3 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros).

Ces avions de 78 à 90 places, livrables sur les cinq prochaines années, seront exploités par une compagnie indonésienne, a précisé la société de leasing dans un communiqué.

Calc, coté à Hong Kong et contrôlé par le fonds Friedmann Pacific Asset Management, avait déjà commandé en 2012 vingt exemplaires du C919, un monocouloir plus grand de Comac (Commercial Aircraft Corporation of China).

Le loueur possède 70 avions Airbus et Boeing et a 103 autres Airbus en attente de livraison, ce qui lui permettra de porter sa flotte à 173 appareils d'ici 2022.

Dans un communiqué séparé, Comac a dit avoir reçu une autre commande, pour 30 ARJ-21, de la part d'Avic Leasing, une filiale d'Aviation Industry Corporation of China, pour un montant non précisé.

Ces commandes sont une bonne nouvelle pour l'ARJ-21, qui a pris plus de dix ans de retard sur le plan initial et a effectué son premier vol commercial fin juin sous les couleurs de Chengdu Airlines.

Comac a reçu à ce jour des commandes pour un peu plus de 300 exemplaires de l'ARJ-21, principalement de la part de compagnies chinoises.

L'appareil équipé de moteurs de General Electric n'a pas encore été certifié par les autorités d'autres pays, notamment l'Administration américaine de l'aviation civile, ce qui limite pour l'instant son rayon d'action à la Chine et aux pays qui reconnaissent le processus d'homologation de Pékin.

Le brésilien Embraer et le canadien Bombardier , ainsi que le Superjet du russe Sukhoï, sont les principaux concurrents de l'ARJ-21.

A terme, la Chine espère voir le C919 concurrencer les 737 de Boeing et la famille A320 d'Airbus sur les marchés mondiaux. Le pays travaille aussi sur un projet de gros porteur avec la Russie. (Siva Govindasamy, avec Brenda Goh à Shanghai, Véronique Tison pour le service français)