La Russie obtient 737 mlns de la vente de 10,9% d'Alrosa

lundi 11 juillet 2016 12h09
 

MOSCOU, 11 juillet (Reuters) - Le gouvernement russe a tiré 52,2 milliards de roubles (737 millions d'euros) de la privatisation partielle du producteur de diamants Alrosa , a annoncé lundi le ministre de l'Economie Alexeï Oulioukaïev.

Le livre d'ordres pour la cession de 10,9% du capital de la compagnie publique a été couvert à plus de 60% par des investisseurs étrangers et la demande totale a été plus deux fois supérieure à l'offre, a-t-il précisé.

La privatisation d'Alrosa, le premier producteur mondial de diamants bruts en termes de carats, a pu être menée avec succès en dépit des turbulences sur les marchés provoquées par le Brexit, a souligné le ministre.

"Et malgré le régime de sanctions (contre la Russie), les investisseurs étrangers ont montré qu'il y a de l'intérêt pour les actifs russes liquides", a-t-il ajouté.

La vente de 10,9% d'Alrosa constitue la première étape du plan de privatisations du gouvernement destiné à renflouer les finances publiques mises à mal par la baisse des cours du pétrole et les sanctions économiques imposées par les pays occidentaux à Moscou après la crise ukrainienne.

Alexeï Oulioukaïev a confirmé les privatisations à venir des compagnies pétrolières Rosneft et Bashneft, du groupe de transport maritime Sovcomflot et de la banque VTB .

Au total, les privatisations devraient rapporter à l'Etat jusqu'à 1.000 milliards de roubles cette année, a-t-il dit.

Celle de Rosneft, la principale compagnie pétrolière russe dans laquelle l'Etat compte ramener sa participation de 69,5% à 50%, devrait rapporter à elle seule 650 milliards de roubles, soit autour de 10 milliards de dollars ou 9,2 milliards d'euros.

La banque italienne Intesa Sanpaolo, mandatée comme banque conseil pour cette opération, propose de céder la participation de 19,5% de Rosneft à un investisseur stratégique, a dit lundi Dmitri Pristanskov, le directeur de l'agence qui gère les participations de l'Etat.

Les recommandations des experts sur les modalités de privatisation de Rosneft et de Bashneft sont attendues d'ici l'automne, a-t-il ajouté. (Daria Korsounskaïa, avec Polina Devitt et Olga Popova, Véronique Tison pour le service français)