AVANT-PAPIER-La Banque d'Angleterre poussée à agir face aux risques du Brexit

lundi 11 juillet 2016 10h28
 

par William Schomberg

LONDRES, 11 juillet (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) n'a pas modifié son taux directeur depuis plus de sept ans mais elle pourrait l'abaisser dès jeudi en fonction de son diagnostic sur les risques que fait courir le Brexit à l'économie britannique.

Le gouverneur de l'institution, Mark Carney, a déjà laissé entendre que le taux directeur, fixé à 0,5% depuis mars 2009, pourrait être ramené à un nouveau plus bas historique au cours de l'été, une mesure que la BoE pourrait compléter en reprenant ses achats d'obligations sur les marchés, interrompus depuis plusieurs années après avoir atteint 375 milliards de livres (438 milliards d'euros).

Ces mesures viseraient à atténuer les retombées du vote du 23 juin en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, qui a ouvert une période d'incertitude institutionnelle, économique et financière susceptible de durer plusieurs années.

Une majorité d'économistes pensent que la BoE attendra le mois d'août pour agir, lorsqu'elle aura à sa disposition un tableau plus net de la situation économique, montre une enquête de Reuters menée la semaine dernière.

Mais de nombreux investisseurs tablent sur un passage à l'acte plus rapide, dès la réunion de jeudi, des anticipations qui mettent de facto la banque centrale sous pression.

Pour Jonathan Loynes, économiste de Capital Economics, la BoE ne peut pas se permettre de tergiverser au vu de la nervosité des marchés.

"Nous pensons que le Comité (de politique monétaire) va prendre acte des risques qu'impliquerait le fait de décevoir les attentes des marchés et qu'il abaissera le taux directeur de 0,25 point avant de reprendre son programme d'assouplissement quantitatif en août", explique-t-il.

Certains de ses confrères estiment que la BoE ira plus loin encore, comme Alan Clarke, de Scotiabank, qui table sur un taux ramené à zéro.   Suite...