LEAD 1-BNP intéressé par la filiale polonaise de Raiffeisen-sources

vendredi 8 juillet 2016 16h14
 

(Actualisé avec précisions et contexte)

VARSOVIE, 8 juillet (Reuters) - BNP Paribas est entré en lice pour la reprise des activités polonaises du groupe autrichien Raiffeisen, auxquelles s'intéressent également les groupes publics polonais PKO BP et Alior ainsi que le néerlandais ING, a-t-on appris de trois sources proches du dossier.

Raiffeisen Bank International (RBI) a déclaré vouloir vendre Raiffeisen Polbank IPO-RBP.WA, dixième banque de Pologne par les actifs, à un concurrent coté en Pologne.

BNP Paribas, qui détient déjà l'établissement polonais Bank BGZ, numéro sept du marché local, s'est refusé à tout commentaire, tout comme Raiffeisen à Vienne.

"La liste s'allonge un peu avec l'entrée en lice de BNP", a dit l'une des sources. Deux autres personnes proches du dossier ont confirmé que BNP Paribas était intéressé.

Polbank pourrait être reprise pour 800 millions à un milliard d'euros à condition d'être délestée de son portefeuille de prêts immobiliers libellés en franc suisse.

Une nouvelle taxe bancaire et la faiblesse des taux d'intérêt ont compliqué les conditions d'activité des banques polonaises ces derniers mois. Parallèlement, le gouvernement conservateur de Varsovie souhaite voir les banques publiques augmenter leurs parts de marché par le biais de la croissance externe.

Des sources avaient auparavant déclaré à Reuters qu'ING Bank Slaski, filiale d'ING, PKO, première banque de Pologne, et Alior, contrôlée par l'assureur public PZU, étaient candidats à la reprise de Polbank.

"Les étrangers qui détiennent des banques polonaises ont désormais le choix entre sortir de Pologne ou faire croître leur filiale pour pouvoir amortir les coûts et maintenir leur rentabilité", a déclaré l'une des sources.

Le secteur bancaire polonais est actuellement détenu à 60% par des investisseurs étrangers comme Santander, Commerzbank ou UniCredit. Ce dernier, qui possède la deuxième banque du pays, Pekao, a également engagé une revue de ses activités, a dit une source à Reuters plus tôt cette année.

(Pawel Sobczak, Adrian Krajewski et Marcin Goclowski, avec Maya Nikolaeva à Paris et Shadia Nasralla à Vienne; Marc Angrand pour le service français)