** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

mercredi 6 juillet 2016 07h50
 

PARIS, 6 juillet (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues en
baisse mercredi en ouverture, prolongeant une correction observable depuis lundi
qui atteste d'un regain d'aversion au risque lié à la décision des Britanniques
de quitter l'Union européenne (UE) le 23 juin dernier.
    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien 
pourrait perdre 1% en ouverture, le Dax à Francfort 1,2% et le FTSE à
Londres subirait une perte moins importante de 0,3%. Ce dernier avait
résisté au marasme général hier, terminant sur un gain de 0,35%.
    A une demi-heure de la clôture, la Bourse de Tokyo fait elle aussi grise
mine, le Nikkei-225 cédant 2,5%. L'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon
 est lui en recul de 1,46%.
    Ce contexte globalement morose, entretenu par des facteurs à la fois
politiques et économiques, a également freiné Wall Street, qui rouvrait mardi
après avoir été fermée la veille pour cause de fête nationale.
    Il favorise des actifs considérés comme étant des valeurs refuge, à
l'exemple de l'or, qui a atteint 1.371,40 dollars l'once, au plus haut
depuis mars 2014. Le mouvement vers l'or s'est accéléré après que les
transactions sur trois fonds britanniques spécialisés dans l'immobilier
commercial et représentant au total une dizaine de milliards de livres (11,8
milliards d'euros) ont été suspendues en l'espace de 24 heures. 
    "Personne n'est capable de saisir l'ampleur du risque (lié au Brexit) qui ne
s'est pas encore matérialisé. C'est une incertitude que personne n'apprécie et
c'est pour cela que l'or monte", dit Helen Lau, analyste d'Argonaut Securities.
    La Banque d'Angleterre (BoE) a pris mardi des mesures pour faire en sorte
que les banques puissent continuer à prêter et que les assureurs ne liquident
pas leurs obligations de sociétés dans la période "difficile" post-Brexit.
 
    Le marché obligataire est également très entouré: les rendements des
emprunts américains à 10 et 30 ans  ont ainsi touché des
plus bas sans précédent de 1,345% et 2,131% respectivement. 
    Le marché pétrolier a subi mardi de plein fouet l'effet Brexit et aussi le
fait qu'il semble que la production de l'Opep ait atteint en juin un record. Les
contrats sur le WTI texan et le Brent remontaient toutefois la
pente ce mercredi matin, aveec des gains modestes variant de 0,1% à 0,2%.
    Sur le marché des changes, la livre est tombée jusqu'à 1,2798
dollar, au plus bas depuis 1985, enfonçant son précédent plus bas de $1,3000
inscrit la veille.     
        
 
PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES À L'AGENDA DU MERCREDI 6 JUILLET:
 PAYS    GMT    INDICATEUR               PÉRIODE     CONSENSUS     PRÉCÉDENT
 DE      06h00  Commandes à l'industrie  mai         +1,0%         -2,0%
 USA     12h30  Balance commerciale      mai         -$40,0 mds    -$37,4 mds
 USA     14h00  Indice ISM services      juin        53,3          52,9
 
    VALEURS À SUIVRE:
    * SANOFI - Medivation > a annoncé mardi avoir accepté de
donner à Sanofi l'accès à des informations confidentielles, dont ses livres de
comptes, dans le cadre d'un processus de discussions avec différents acteurs du
secteur susceptible d'aboutir à son rachat. L'américain a précisé avoir rejeté
une offre améliorée du français.  
    Par ailleurs, SANOFI a annoncé mercredi un accord de collaboration de
recherche et développement avec le Walter Reed Army Institute of Research
(WRAIR), un organisme du département américain de la Défense, pour le
codéveloppement d'un vaccin contre le Zika.  
    * ILIAD a annoncé mardi dans un communiqué la signature d'un accord
avec Hutchison et VimpelCom afin d'acquérir une partie de leurs actifs en
Italie, ce qui lui permettrait de prendre pied sur ce marché. 
    * SAINT-GOBAIN - Le vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de
l'Union européenne va peser sur les résultats financiers des activités
britanniques des groupes européens de matériaux de construction, a estimé mardi
Moody's. 
    * AIR LIQUIDE a présenté mercredi un nouveau plan stratégique à
cinq ans prévoyant une croissance annuelle moyenne de son chiffre d'affaires de
6 à 8% incluant un effet périmètre lié à la consolidation d'Airgas, la société
américaine rachetée par le chimiste français. 
    * RENAULT - Barclays a abaissé sa recommandation de surpondérer à
pondération en ligne. 
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 
    

 (Wilfrid Exbrayat, édité par Bertrand Boucey)