LEAD 1-GB-Les foncières britanniques dans la tourmente post-Brexit

mardi 5 juillet 2016 18h57
 

(Actualisé avec précisions, commentaire de la FCA)

LONDES, 5 juillet (Reuters) - Les transactions sur trois fonds britanniques spécialisés dans l'immobilier commercial et représentant au total une dizaine de milliards de livres (11,8 milliards d'euros) ont été suspendues en l'espace de 24 heures, signe évident des retombées économiques et financières de la décision de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne.

Property Portfolio, un fonds de 4,4 milliards de livres géré par M&G Investments, une filiale de l'assureur Prudential , a été le dernier en date à être suspendu après une ruée d'investisseurs soucieux de retirer leur mise.

Le fonds UK Property Trust de 1,8 milliard de livres de l'assureur Aviva l'avait précédé à la suite de la décision prise par son concurrent Standard Life Investments , qui avait suspendu l'un de ses fonds immobiliers dès lundi soir.

La suspension de la cotation de ces fonds vient raviver les craintes de voir le marché immobilier commercial, surtout à Londres, souffrir de la décision de la Grande-Bretagne de sortir de l'Union européenne.

L'indice regroupant les valeurs foncières européennes a perdu 2,26% mardi, l'une des plus fortes baisses sectorielles du jour. L'indice européen de l'assurance a plongé de son côté de 3,79%.

Les autorités britanniques ont toutefois fait remarquer que le phénomène de mardi n'a touché que les fonds "ouverts" (open-ended), dont l'investisseur peut en principe sortir à volonté, et n'illustrait donc pas un quelconque problème de liquidité sur l'ensemble des marchés financiers.

Cela étant, l'immobilier commercial a des implications certaines pour l'ensemble du secteur financier car il sert souvent de garantie aux entreprises qui veulent emprunter auprès des banques.

Les trois fonds suspendus représentent près du tiers des 35 milliards de livres investis dans les fonds ouverts d'immobilier commercial britanniques, un segment qui représentait un risque majeur avant le référendum du 23 juin, de l'avis de la Banque d'Angleterre.   Suite...