LEAD 1-Renault-Nissan-Synergies record en 2015 mais décélération en vue

mardi 5 juillet 2016 10h32
 

(Actualisé avec commentaires de l'alliance)

PARIS/TOKYO, 5 juillet (Reuters) - Renault-Nissan a généré l'an dernier des synergies record de 4,3 milliards d'euros, a déclaré le directeur de la holding de l'alliance, mais le rythme de croissance des années passées risque de ralentir.

Arnaud Deboeuf a également indiqué à des journalistes, lundi au cours d'un point presse sous embargo, qu'il était trop tôt pour évaluer les conséquences de la victoire du Brexit au référendum du 23 juin pour les opérations de Nissan en Grande-Bretagne.

"Il est certain que cela aura un impact", a-t-il dit. "Mais il est trop tôt pour dire aujourd'hui quel sera cet impact."

L'alliance Renault-Nissan, créée en 1999, a vu le montant de ses synergies accélérer récemment avec le rapprochement des activités achats, ingénierie et production industrielle des deux groupes. Après 2,7 milliards d'euros en 2012 et 2,9 milliards en 2013, le montant annuel a bondi à 3,8 milliards en 2014, année de convergence entre les principales fonctions des deux constructeurs.

L'alliance a même atteint l'an dernier son objectif de synergies de 2016 avec un an d'avance, reflet notamment de l'utilisation croissante de la plate-forme commune CMF et de la multiplication des productions croisées, mais Arnaud Deboeuf s'est gardé de répéter l'objectif 2016 de cinq milliards d'euros évoqué par Carlos Ghosn l'an dernier.

"Bien sûr que 4,3 milliards d'euros est un chiffre conservateur", avait déclaré le PDG de l'alliance aux analystes financiers. "Je pense que cinq milliards serait un objectif raisonnable."

Arnaud Deboeuf a souligné que contrairement aux années passées, il n'était pas acquis que les synergies annuelles augmentent chaque année, tout dépendant des cycles industriels des deux groupes. Elles doivent cependant encore progresser d'ici à 2018, avec un objectif de 5,5 milliards d'euros.

Cette ambition n'inclut pas les synergies attendues avec Mitsubishi, en négociation avec Nissan pour être racheté par le partenaire japonais de Renault. Elle représente une croissance moyenne de 8,6% sur trois ans, contre +13% l'an dernier et +31% en 2014.   Suite...