RPT-Emissions-Selon VW, l'accord US ne peut être transposé en Europe

dimanche 3 juillet 2016 15h31
 

(Répétition du titre)

BERLIN, 3 juillet (Reuters) - Le président du directoire de Volkswagen rejette les appels exhortant le constructeur automobile allemand à proposer à ses clients européens une compensation similaire à celle qui sera versée aux propriétaires américains de véhicules concernés par une falsification des tests d'émissions polluantes.

Cité par le quotidien allemand Welt am Sonntag, Matthias Müller, estime qu'une transposition en Europe de l'accord à l'amiable conclu aux Etats-Unis était à la fois inapproprié et inabordable.

La semaine dernière, Volkswagen a annoncé qu'il allait verser plus de 15,3 milliards de dollars (13,7 milliards d'euros) pour régler une partie du scandale des émissions polluantes de ses véhicules diesel aux Etats-Unis.

Dans le cadre d'un accord avec l'administration fédérale américaine et les automobilistes, dont le département de la Justice rend compte dans un document déposé auprès des tribunaux, plus de 10 milliards de dollars iront aux propriétaires des véhicules concernés tandis que près de cinq milliards de dollars serviront à compenser les dépassements des seuils autorisés d'émissions polluantes (à hauteur de 2,7 milliards) et à développer les véhicules à zéro émission (à hauteur de deux milliards).

Juste avant l'annonce de cet accord, Elzbieta Bienkowska, la commissaire européenne à l'Industrie, a exhorté Volkswagen d'assurer aux automobilistes européens une indemnisation financière équivalente à celle prévue pour ses clients aux Etats-Unis, estimant qu'il serait injuste qu'ils ne bénéficient pas d'un même traitement en raison d'un système juridique différent.

"La situation est différente ici (en Europe)", déclare Matthias Müller.

Il ajoute que, malgré la bonne santé de Volkswagen, une transposition en Europe de l'accord américain serait difficile à avaler d'un point de vue financier pour le groupe.

"Il ne faut pas être un mathématicien pour se rendre compte qu'une compensation à un niveau élevé submergerait Volkswagen", poursuit Matthias Müller, ajoutant qu'il avait évoqué son point de vue au cours de la semaine avec Elzbieta Bienkowska.

"Aux Etats-Unis, les limitations (en termes d'émissions) sont plus strictes, ce qui rend un accord plus compliqué. Et la participation au programme de rachat de véhicules se fait sur la base du volontariat, ce qui n'est pas, par exemple, le cas en Allemagne." (Victoria Bryan, Benoit Van Overstraeten pour le service français)