Lagarde (FMI) sélective quant à l'objet du Club de Paris

vendredi 1 juillet 2016 11h54
 

PARIS, 1er juillet (Reuters) - Le Club de Paris ne devrait pas se préoccuper de la restructuration de dettes souveraines entre les mains de fonds souverains ou d'autres organismes publics, a déclaré vendredi Christine Lagarde, directrice général du Fonds monétaire international (FMI).

Le Club de Paris s'occupe habituellement de restructurer la dette due par des emprunteurs souverains auprès de ses membres sur la base de prêts entre Etats.

Dans un discours qu'elle devait prononcer à l'occasion des 60 ans de l'institution, Christine Lagarde observe une forte augmentation, ces 10 dernières années, des achats d'emprunts d'Etat par des organismes publics et des fonds souverains tiers.

Selon elle, ces créances sont assimilables à de la dette privée dans la mesure où elles sont détenues aux fins d'investissement et ne relèvent pas des classiques prêts entre Etats que traite le Club de Paris en cas de restructuration.

"Pour être claire, je ne vois aucune possibilité pour le Club de Paris de traiter les emprunts souverains détenus aux fins d'investissement. On ne peut leur accorder les mêmes garanties que celles dont jouissent les créances officielles relevant de la politique des autorités publiques", a expliqué Lagarde.

Une prise de position qui serait susceptible d'écarter toute intervention du Club de Paris dans certains cas compliqués comme la restructuration d'un emprunt de trois milliards de dollars émis par l'Ukraine et qui fait l'objet d'un procès avec la Russie auprès de tribunaux londoniens. (Leigh Thomas, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)