La Bourse de Paris-Les valeurs du jour mercredi (clôture)

mercredi 29 juin 2016 18h01
 

* Valeurs qui se traitent ex-dividende 
    * Le point sur les marchés européens 

    PARIS, 29 juin (Reuters) - Les valeurs du jour mercredi à la
Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a confirmé son
rebond de la veille (+2,61%) et clôturé en hausse de 2,60% à
4.195,32 points, porté par la remontée des cours du pétrole et
les espoirs de nouveaux soutiens de la part des banques
centrales qui permettent aux marchés de repartir de l'avant
après le choc du Brexit. 
    A l'exception de GROUPE PSA, toutes les valeurs du
CAC 40 ont fini dans le vert.
    
    * Les VALEURS liées aux MATIÈRES PREMIÈRES ont fini en nette
hausse, les cours de plusieurs métaux et du baril de Brent
 (+2,55%) reprenant de la vigueur.
    TECHNIP a grimpé de 4,77% à 47,9 euros, plus forte
hausse du CAC 40. "Technip est un des titres pétroliers les plus
liquides, et c'est la bonne journée pour conclure une position
de vente à découvert", explique Alex Brooks, analyste chez
Canaccord Genuity.
    TOTAL a pris pour sa part 3,77% à 42,95 euros.
Hors CAC, VALLOUREC a gagné 9,2% à 3,216 euros et
MAUREL ET PROM 7,41% à 2,9 euros.
    ARCELORMITTAL a gagné 4,59% à 4,15 euros et ERAMET
 a avancé de 9,28% à 28,97 euros.
  
    * Les VALEURS BANCAIRES (+2,25%) ont continué leur
rebond après leur chute post-Brexit. Sur le mois de juin,
l'indice sectoriel a reculé de plus de 18%, sa plus forte baisse
depuis octobre 2008 après la chute de Lehman Brothers.
    SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a pris 3,56% à 27,91 euros et BNP
PARIBAS 3,02% à 39,51 euros.

    * Les ASSUREURS ont profité du même rebond. AXA
 s'est adjugé 3,72% à 17,84 euros, CNP ASSURANCES
 3,3% à 13 euros et SCOR 2,13% à 26,635
euros.
    
    * En revanche, EULER HERMES a limité ses gains
(+0,04% à 74,26 euros). HSBC a réduit sa recommandation sur le
titre de "conserver" à "alléger", mettant en avant les risques
macroéconomiques liés au Brexit mais également aux incertitudes
en Asie et en Amérique Latine.
    
    * ORANGE a avancé de 3,87% à 14,62 euros. Dans une
note, Bryan Garnier, qui a initié sa couverture du titre avec
une recommandation à "acheter" et un objectif de cours de 17,1
euros, salue la situation financière d'Orange. L'intermédiaire
estime que l'opérateur pourrait utiliser la qualité de son bilan
pour saisir des opportunités de croissance externe, notamment à
l'international. 
    
    * Les VALEURS CYCLIQUES, comme la CONSTRUCTION, ont
également profité de l'appétit des investisseurs. 
    VINCI a gagné 3,58% à 62,52 euros, VIVENDI
 4,66% à 16,505 euros et ENGIE 3,85% à 14,035
euros.
    
    * Les VALEURS liées à la SANTÉ, BIOTECHS en tête, se sont
octroyées une deuxième séance consécutive de hausse alors que
plusieurs analystes notent l'intérêt de ces valeurs. Crédit
Suisse, qui recommande de rester à surpondérer sur le secteur,
souligne notamment que ce sont les valeurs défensives les moins
chères.
    SANOFI a pris 2,03% à 74,3 euros. GENFIT 
a bondi de 11,04% à 23,935 euros, plus forte hausse du SBF 120
, KORIAN a progressé de 7,93% à 28,5 euros et
NICOX a gagné 8,03% à 12,24 euros, tandis que VIRBAC
 a pris 5,74% à 163 euros.
    
    * Les VALEURS AUTOMOBILES, qui affichent la seule
baisse sectorielle en Europe (-0,03%), sont pénalisées par une
note de Evercore ISI, qui anticipe une sous-performance du
secteur à moyen-terme et une baisse des revenus des grands
groupes avec les incertitudes entourant les conséquences du
Brexit.
    GROUPE PSA a reculé de 1,12% à 11,065 euros, plus
forte baisse du SBF 120. RENAULT n'a pris que 0,01% à
68,33 euros et VALEO a grappillé 0,23% à 39,99 euros.
    Hors CAC, FAURECIA a perdu 1,06% à 28,865 euros.
    
    * Par ailleurs, JC DECAUX a reculé de 0,6% à 30,51
euros, après une note de Citigroup, qui a abaissé son objectif
de cours de 39,5 à 33,50 euros sur le titre, estimant que le
marché surestime l'effet de levier opérationnel à moyen terme du
groupe dans un contexte de croissance atone en Europe, ce qui
devrait peser sur les marges et le bénéfice par action.

 (Raphaël Bloch et Joseph Sotinel, édité par Jean-Michel Bélot)