La BaFin ne veut pas de Londres comme siège de LSE/D. Börse

mardi 28 juin 2016 18h53
 

FRANCFORT, 28 juin (Reuters) - La BaFin, l'autorité des marchés financiers en Allemagne, a déclaré mardi que Londres ne pourrait abriter le siège social de l'entité qui serait issue de la fusion de London Stock Exchange et de Deutsche Börse et estimé que les transactions en euro devraient émigrer dans l'Union européenne et se faire plus particulièrement à Francfort.

"Il est difficile d'imaginer que la plus grande plate-forme de la zone euro soit dirigée d'un endroit extérieur à l'UE", a dit le président de la BaFin Felix Hufeld.

Cet organisme en lui-même ne peut pas s'opposer à la fusion mais son opinion est en général très suivie par le ministère des Finances dont il dépend.

Un haut fonctionnaire européen a par ailleurs déclaré ce même mardi que l'UE transfèrerait le siège de l'Autorité bancaire européenne (ABE), actuellement à Londres, soit à Paris soit à Francfort à la suite de la décision de la Grande-Bretagne de quitter l'UE, tandis que la Banque centrale européenne (BCE) insisterait pour que les opérations de compensation en euro se fassent dans la zone euro.

Deutsche Börse s'est abstenu de tout commentaire. Un porte-parole du LSE a dit que les actionnaires se prononceraient sur le sujet le 4 juillet et que les conditions en étaient inchangées. Ceux de Deutsche Börse auront jusqu'au 12 juillet pour donner leur avis.

Les deux places ont réaffirmé, au lendemain du référendum britannique, leur volonté de mener à bien leur fusion de 30 milliards de dollars (27 milliards d'euros).

Deux sources réglementaires allemandes avaient toutefois dit à Reuters que les autorités allemandes doutaient de plus en plus que Londres puisse dorénavant abriter le siège social de l'entité qui serait issue de la fusion.

(Jonathan Gould, John O'Donnell, Huw Jones, Wilfrid Exbrayat pour le service français)