La succession de Cameron s'organise, Johnson fait débat

mardi 28 juin 2016 05h18
 

par Elizabeth Piper et Kylie MacLellan

LONDRES, 28 juin (Reuters) - Le futur Premier ministre britannique, à qui David Cameron a annoncé qu'il laisserait le soin de concrétiser la décision des électeurs sur le Brexit, sera désigné dès septembre, a annoncé lundi le Parti conservateur.

"Nous recommandons que le processus d'élection d'un nouveau dirigeant du Parti conservateur puisse commencer la semaine prochaine (...) et se conclure au plus tard le vendredi 2 septembre", a expliqué Graham Brady, président de la "commission 1922" chargée d'organiser le succession de David Cameron. Le Premier ministre, au pouvoir depuis 2010, a annoncé au lendemain du référendum son intention de démissionner.

"Aussi bien les Conservateurs que le pays, plus généralement, veulent vraiment des certitudes. Nous souhaiterions une solution et nous pensons que ce serait une bonne chose de conclure ce processus aussi vite que possible en pratique", a déclaré Brady sur Sky News.

Il ne devrait pas y avoir de nouvelles élections législatives avant que la Grande-Bretagne ne négocie les conditions de sa sortie du bloc européen, a-t-il ajouté.

La bataille pour la succession a commencé jusque parmi les proches de Cameron, et ce dernier a appelé ses ministres à travailler ensemble en attendant la nomination.

Plusieurs députés conservateurs ont exhorté les candidats à s'accorder rapidement sur un nom, et à limiter la campagne sur la succession afin d'éviter d'accentuer des divisions déjà très marquées pendant la campagne pour le référendum. "A l'heure actuelle, une primaire n'est pas dans l'intérêt de notre pays", a dit la ministre du Développement international Justine Greening.

Ancien maire de Londres et chef de file du camp du Brexit, Boris Johnson est le plus en vue dans les paris pour succéder à Cameron, mais il soulève une forte opposition au sein des Tories. Partisans d'un "Tout sauf Boris", certains cadres estiment que sa décision de soutenir la sortie du Royaume-Uni de l'UE a constitué une trahison à l'encontre de son ancien allié David Cameron, simplement motivée par ses vues sur le 10 Downing Street.

Un sondage YouGov paru lundi le donne également devancé par la ministre de l'Intérieur, Theresa May, parmi l'électorat conservateur.   Suite...