BOURSE-Nouveau recul des bancaires, JP Morgan évalue l'impact Brexit

lundi 27 juin 2016 10h30
 

PARIS, 27 juin (Reuters) - Les valeurs bancaires reculent de nouveau nettement lundi en Europe, alors que plusieurs analystes anticipent un durcissement des conditions de marché pour les banques européennes, avec une pression à la baisse sur leurs revenus et leur rentabilité, après la décision de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne.

A 10h10, Société générale recule de 5,52%, plus forte baisse du CAC 40 (-0,48%), suivi par BNP Paribas (-4,43%) et Crédit agricole (-3,06%). Hors CAC, Natixis perd 3,23%.

Au niveau européen (-4,28%), Deutsche Bank perd 5,05% et Unicredit 4,96%, tandis que les banques britanniques, hors zone euro, comme Barclays (-7,96%) et Royal Bank of Scotland (-11,106%), sont particulièrement sanctionnées.

Les élections législatives de dimanche en Espagne, qui n'ont toujours pas permis de dégager de majorité évidente pour le pays, ajoutent également à l'incertitude politique sur le Vieux Continent. La banque espagnole Santander cède 2%.

Les banques européennes ont déjà lourdement chuté vendredi (-14,28%) suite à la décision des Britanniques de sortir de l'Union européenne, une issue qui a pris les investisseurs par surprise et entraîné l'effondrement en Bourse du secteur financier.

Dans une note sectorielle, JP Morgan dit réviser à la baisse ses prévisions de bénéfices par action (BPA) et anticipe une hausse du coût du capital pour les banques européennes, pénalisées par un ralentissement de l'économie en Europe et des conditions de marchés plus difficiles après le Brexit.

Le broker a abaissé ses prévisions de BPA, sur la période 2016-2018, de 8% environ pour BNP Paribas et Crédit agricole, de 9% pour Société générale et de 7% pour Natixis.

JP Morgan relève également que le coût du capital (11% en moyenne actuellement) des banques européennes pourrait encore augmenter compte-tenu des incertitudes significatives sur le secteur eu Royaume-Uni et dans l'Union européenne.

Dans ce contexte, JP Morgan a révisé ses objectifs de cours de 40 à 36 euros pour BNP Paribas, de 34 à 31 euros pour Société générale, de 9,5 à 8,5 euros pour Crédit agricole et de 5 à 4,2 euros pour Natixis.

De son côté, Barclays dit anticiper une pression à la baisse sur les revenus et la rentabilité des prêts des banques et relève que le principal sujet pour les établissements européens devrait être l'évolution de la situation économique en Europe. (Raphaël Bloch, édité par Jean-Michel Bélot)