La Chine doit choisir la voie de la productivité-Etude

jeudi 23 juin 2016 18h34
 

PEKIN, 23 juin (Reuters) - Le PIB de la Chine pourrait augmenter de 5.600 milliards de dollars (près de 5.000 milliards d'euros) et les revenus nets des ménages de 5.100 milliards (4.500 milliards d'euros) d'ici 2030 si Pékin parvenait à passer à un modèle de croissance portée par la productivité, écrit jeudi McKinsey Global Institute.

La Chine se prépare des lendemains difficiles si elle persiste à suivre un modèle de croissance axé sur l'investissement, susceptible de porter le ratio des créances douteuses jusqu'à 15% en 2019 contre 1,7% actuellement, estime le cabinet de consultants dans un rapport.

Le besoin de rééquilibrer une économie chinoise en faveur de secteurs plus productifs et dégageant plus de rentabilité semble d'autant plus prégnant que les banques ont dû injecter dans l'économie des quantités de crédits sans précédent juste pour préserver les niveaux de croissance.

Pékin ne ménage pas sa peine pour stimuler l'activité économique mais au risque d'atteindre des niveaux d'endettement insoutenables, redoutent les investisseurs internationaux.

"Pour croître, elle (la Chine) doit ouvrir davantage son économie à la concurrence", a dit à Reuters Jonathan Woetzel, qui a dirigé les recherches effectuées pour la rédaction du rapport.

Restructurer les entreprises et rationaliser leurs opérations sont des moyens d'augmenter la productivité mais la Chine a souligné que les initiatives de restructuration du secteur industriel risquaient de se traduire par des millions d'emplois perdus.

"Il y a plein d'opportunités de croissance de l'emploi; il suffit de répondre aux besoins de la classe moyenne et de fournir une meilleure qualité de service", rétorque Woetzel.

"Il faudra que cela compense ce qui ne se produira plus, à savoir les créations d'emplois emploi dans le bâtiment et l'industrie lourde". (Elias Glenn, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)