Certaines banques ne respectent pas les règlements de litige-NY

jeudi 23 juin 2016 00h14
 

NEW YORK, 22 juin (Reuters) - Des établissements financiers ayant conclu des accords avec l'Etat de New York pour régler des litiges portant sur leurs pratiques passées ont continué par la suite d'avoir des comportements répréhensibles et de faire preuve de "graves manquements", a déclaré mercredi la directrice de l'autorité de surveillance du secteur dans l'Etat.

Maria Vullo, superintendante du département des services financiers de l'Etat de New York, a dit que ses agents avaient mis au jour des pratiques volontairement contraires aux règles, notamment sur le marché des changes, jusqu'à ce jour.

Ce département supervise les banques dans l'Etat de New York, y compris les filiales de grands établissements internationaux, et il peut leur retirer son autorisation d'exercer.

Maria Vullo a refusé de désigner les banques visées par ses propos.

"Certaines découvertes sont très inquiétantes", a-t-elle dit lors d'un forum à New York.

"Il pourrait très bien y avoir des initiatives pour faire respecter la loi", a-t-elle par la suite déclaré à Reuters en marge de ce forum.

Les pratiques mises au jour n'entrent pas dans le cadre des enquêtes initiales lancées par ses services, a-t-elle précisé.

Son département compte dans un premier temps travailler avec les établissements concernés pour imposer des gardes-fous et rectifier la culture d'entreprise qui a abouti à ces pratiques, a souligné Maria Vullo.

Les enquêtes sur des pratiques suspectes de certaines banques mobilisent parfois différentes institutions aux Etats-Unis, comme le département de la Justice, l'autorité de surveillance des marchés financiers ou encore le département dont Maria Vullo a la charge.

Cela a notamment été le cas dans le dossier de manipulation des taux de change dans lequel six banques ont reçu des amendes d'un montant global de près de six milliards de dollars (5,3 milliards d'euros) en mai 2015.

Maria Vullo a refusé de dire si d'autres institutions que la sienne avaient aussi repéré de nouvelles pratiques répréhensibles. (Suzanne Barlyn; Bertrand Boucey pour le service français)