L'AG de NH Hotel exclut les administrateurs choisis par HNA

mardi 21 juin 2016 21h11
 

MADRID, 21 juin (Reuters) - Les actionnaires du groupe espagnol NH Hotel ont voté mardi l'exclusion du conseil d'administration d'un coprésident et de trois autres administrateurs désignés par le premier actionnaire, le chinois HNA, en raison d'un risque de conflit d'intérêts.

Près de 60% des actionnaires ont approuvé lors de l'assemblée générale à Madrid une motion excluant les administrateurs choisis par HNA, après le rachat par ce dernier de Carlston-Rezidor, concurrent direct de NH.

HNA, qui multiplie les investissements hors de Chine dans des secteurs allant de l'hôtellerie au transport aérien en passant par la finance, s'est déclaré déçu en rappelant qu'il avait sauvé NH en 2014 en lui apportant des capitaux frais.

"Nous resterons un actionnaire actif et nous attendons du nouveau conseil qu'il serve au mieux les intérêts de tous les actionnaires, salariés et autres parties prenantes de NH Hotel", a-t-il dit dans un communiqué.

La motion présentée par le fonds d'investissement britannique Oceanwood Capital arguait du fait que le rachat de Carlston-Rezidor en avril plaçait HNA en situation de conflit d'intérêts, Carlston-Rezidor et NH étant concurrents directs sur plusieurs marchés européens, dont l'Allemagne et la Belgique.

HNA, qui détient 29,5% du capital de NH, a racheté Carlston Hotels, propriétaire entre autres de l'enseigne Radisson, pour un montant resté confidentiel. L'opération lui a permis de prendre le contrôle du suédois Rezidor Hotel.

Le groupe chinois a pris un certain nombre d'engagements censé prévenir les conflits d'intérêts, sans pour autant rassurer les actionnaires de NH.

Certains analystes n'excluent pas désormais de voir HNA lancer une offre d'achat sur NH ou engager des discussions en vue de séparer les activités européennes du groupe espagnol du reste de son portefeuille pour régler les conflits d'intérêts.

Le nom de HNA a été cité récemment comme un partenaire potentiel pour Accorhotels face aux convoitises d'un autre chinois, Jin Jiang, mais HNA a démenti avoir discuté d'une entrée au capital du français.

(Robert Hetz; Marc Angrand pour le service français)