L'opérateur télécoms brésilien Oi se place en faillite

mardi 21 juin 2016 06h45
 

SAO PAULO, 21 juin (Reuters) - L'opérateur brésilien de télécommunications Oi a demandé lundi à être placé sous la protection de la loi sur les faillites, plus importante procédure de ce type à ce jour dans le pays, après que le groupe a échoué à la fois à réorganiser dans les temps ses activités et à restructurer une dette de 65,4 milliards de reais (17 milliards d'euros).

La requête d'Oi, numéro un de la téléphonie fixe au Brésil et quatrième opérateur mobile du pays, intervient après que ses discussions avec ses créanciers se sont retrouvés dans un impasse plus tôt dans le mois à l'approche d'un remboursement de dette prévu en juillet.

La demande d'Oi a été mis sous la protection de la loi sur les faillites - l'équivalent brésilien du Chapitre 11 américain - est la dernière en date d'un nombre record de faillites au Brésil, la première économie latino-américaine qui connaît sa pire récession depuit huit décennies.

La procédure intervient deux mois après l'ouverture d'une partie des créanciers visant à aboutir à la restructuration de quelque 12,7 milliards d'euros de dettes obligataires.

Dans un avis boursier, Oi a dit avoir demandé à être mis sous la protection de la loi sur faillites en raison "des obstacles rencontrés par la direction pour trouver une alternative viable avec les créanciers".

Lundi, le titre Oi a terminé en baisse de près de 6% à la Bourse de Sao Paulo en raison des craintes d'un dépôt de bilan.

Près de la moitié de la dette d'Oi doit arriver à échéance d'ici la fin 2017, ce qui la rend difficilement supportable, d'autant qu'elle est à 75% libellée en d'autres devises que le real, lequel s'est déprécié de 16% face au dollar américain sur les deux dernières années. (Guillermo Parra-Bernal et Ana Mano, Benoit Van Overstraeten pour le service français)