Brésil-Démission du ministre du Tourisme, Michel Temer fragilisé

vendredi 17 juin 2016 01h48
 

par Lisandra Paraguassu

BRASILIA, 17 juin (Reuters) - Le ministre brésilien du Tourisme, Henrique Eduardo Alves, visé dans l'enquête sur des faits de corruption liés à la compagnie pétrolière publique Petrobras, a démissionné jeudi.

Il est le troisième ministre du gouvernement mis en place par le président par intérim Michel Temer, qui a pris ses fonctions le 12 mai dernier, à démissionner pour son implication présumée dans l'affaire Petrobras, après le ministre du Plan Romero Juca et le ministre de la Transparence Fabiano Silveira.

Michel Temer a lui-même été mis en cause pour la première fois par un témoignage rendu public mercredi par la Cour suprême et a démenti toute implication.

Ex-sénateur centriste et ancien chef de la branche transports de Petrobras, Transpetro, Sergio Machado multiplie les aveux impliquant amis et alliés depuis qu'il est aux mains des autorités. Le ministre du Tourisme fait partie d'une vingtaine de responsables mis en cause par ses révélations.

Sergio Machado a rapporté que Henrique Eduardo Alves, parlementaire depuis une quarantaine d'années, avait sollicité une contribution à la campagne du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) d'un montant de 1,55 million de réals (400.000 euros).

La somme a selon lui été versée légalement par des groupes industriels, mais était le résultat de dessous-de-table sur des contrats avec Petrobras.

Henrique Alves a démenti les accusations et a déclaré mercredi soir que les contributions à ses campagnes avaient été faites dans les règles et avaient été déclarées aux autorités.

Sa démission accroît encore les difficultés que connaît le ministère du Tourisme à l'approche des Jeux olympiques de Rio, qui s'ouvrent le 5 août. La campagne de marketing mondiale de l'événement a été repoussée de plusieurs mois à cause de la valse ministérielle que connaît Brasilia, avec la suspension de la présidente Dilma Rousseff.   Suite...