Eolien-GE poursuit ses discussions pour le rachat d'Adwen

jeudi 16 juin 2016 10h10
 

PARIS, 16 juin (Reuters) - General Electric poursuit ses discussions en vue du rachat de la coentreprise Adwen créée dans l'éolien offshore entre l'espagnol Gamesa et le français Areva, déclare Jeff Immelt, le président de General Electric, dans une interview au Figaro.

"La France mérite une filière performante de l'éolien en mer. Avoir une plus grande taille serait utile pour nous. Les discussions sont toujours en cours et elles concernent différentes parties : Siemens, Areva, Gamesa, nous, l'État... Ce sera un processus classique, pas aussi intense que la reprise d'Alstom, qui était un cas extrême", déclare le PDG.

L'avenir d'Adwen est en suspens depuis que Gamesa a engagé des discussions avec l'allemand Siemens en vue d'un rapprochement dans l'éolien, un projet qui ne devrait pas inclure la coentreprise franco-espagnole et ses engagements en France.

GE s'est déjà implanté dans l'éolien offshore en France à travers le rachat des activités énergies d'Alstom et donc de la turbine de 6 mégawatts (MW) du groupe, retenu avec EDF en 2011 pour construire trois parcs éoliens au large des côtes françaises (Fécamp, Courseulles-sur-mer et Saint-Nazaire) d'une puissance cumulée de 1.500 mégawatts (MW).

Adwen fait partie pour sa part de deux consortiums retenus pour trois parcs, dont deux de 500 MW avec Engie au large du Tréport (Seine-Maritime) et des îles d'Yeu et de Noirmoutier (Vendée) et un de 500 MW avec Iberdrola au large de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor).

L'Etat français a cependant attribué ces contrats au-dessus des prix du marché à la condition qu'Areva développe sa nouvelle génération de turbine de 8 MW et la construise en France. (Noëlle Mennella, édité par Jean-Michel Bélot)